Zéro


L’origine étymologique du terme zéro se trouve dans un mot arabe classique qui peut être traduit par « vide ». Ce mot a été traduit en arabe espagnol, puis en latin et enfin en italien, où il a atteint le niveau zéro.

Zéro est le nombre qui se réfère à une valeur nulle ou à l’absence de quantité. Par conséquent, lorsqu’un nombre est multiplié par zéro, le résultat de l’opération est toujours nul.

Supposons qu’un enfant prenne un pot contenant dix biscuits et, après quelques minutes, mange ces dix biscuits. Le pot devient donc zéro biscuits: c’est-à-dire qu’il n’ a pas de biscuits ou qu’il est vide.

Le signe représentant zéro est 0. Lorsque ce signe est placé à droite d’un entier, il multiplie la valeur de ce nombre par dix.

Ainsi, si l’on ajoute un 0 au chiffre 1 à droite, le nombre 10 est formé (1 x 10 = 10). Il convient de noter que le zéro est aussi souvent utilisé comme point de départ ou point d’origine.

Le kilomètre zéro, en ce sens, est l’endroit à partir duquel un kilométrage commence à être compté. Une route est donc née dans un rayon de zéro kilomètre.

Une balance commence à calculer le poids à partir de zéro.

Si nous plaçons une pomme pesant 100 grammes dessus, nous verrons comment son échelle, si elle est exprimée en grammes, va de 0 à 100. L’idée de zéro, enfin, se réfère à l’absence absolue ou complète de quelque chose: « La personne qui est venue aujourd’hui n’ a montré aucun intérêt à acheter la maison », « Depuis que je travaille dans cette entreprise j’ai eu aucun problème avec mon patron ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *