Ville


Latin Civitas City est la zone urbaine à forte densité de population, composée d’habitants qui ne s’adonnent généralement pas à des activités agricoles. La différence entre les villes et les autres entités urbaines est déterminée par la densité de population, le statut juridique ou d’autres facteurs. Il convient de mentionner qu’il n’existe pas de définition précise de ce terme. Selon la Conférence européenne des statistiques de Prague, par exemple, une ville est une agglomération de plus de 5 000 habitants où moins de 25 % de la population est engagée dans l’agriculture. Parmi les principales caractéristiques des villes, on peut citer la prédominance des logements collectifs et verticaux (bâtiments), le développement des infrastructures de transport et de communication et la rareté des espaces verts.

La forte densité de population, la forte présence de voitures et d’autres véhicules et les quelques espaces verts font que les villes présentent souvent des niveaux de pollution qui menacent la santé. Les grandes villes ont souvent un quartier financier, connu sous le nom de ville, qui abrite les principales institutions financières et le siège des grandes entreprises.

Ces districts financiers accueillent habituellement des millions de personnes chaque jour qui viennent travailler, et très peu d’entre elles y vivent en permanence. La région métropolitaine de Tokyo, qui compte quelque 35 millions d’habitants, est considérée comme la plus grande mégapole du monde.

Séoul (24 000 000 000 000), Mexico (22 000 000), New York (21 800 000), Mumbai (21 100 000), Delhi (20 800 000) et São Paulo (20 300 000) comptent parmi les villes les plus densément peuplées.

Le réchauffement causé par notre pollution et la fonte des glaciers qui en résulte fera monter le niveau de la mer jusqu’ à 90 centimètres au cours du siècle actuel. Cette situation est tellement grave que si la température n’augmentait que d’un degré Celsius, cela pourrait entraîner une élévation d’un mètre du niveau de la mer.

Que se passerait-il si une telle augmentation devait se produire? De nombreuses régions à forte densité de population seraient submergées; certaines régions des Pays-Bas, de l’Inde et du Bangladesh ne sont que trois exemples des victimes potentielles de cette inondation massive.

Si, en revanche, le niveau de la mer devait augmenter de deux mètres, l’ampleur de la catastrophe serait beaucoup plus grande, tant pour transformer New York, Miami, Alexandrie et Bombay, entre autres, en une nouvelle Venise, avec des conséquences économiques terribles et un équilibre de plus de 250 millions de sans-abri, qui ne pourraient plus retourner chez eux, raison pour laquelle ils devraient inévitablement être déplacés.

Compte tenu de ces faits terrifiants, un architecte franco-belge nommé Vincent Callebaut a imaginé une ville flottante, sous le nom de « Lilypad », qui promet d’être propre, énergique et autosuffisante.

L’un de ses objectifs est d’étendre le territoire des pays situés sur les côtes, tâche à laquelle se sont attelés certains archipels artificiels; d’autre part, elle servirait à fournir un nouveau foyer aux millions de réfugiés climatiques. Chaque Lilypad aurait la capacité d’accueillir plus de 50 000 personnes et serait construit autour d’un lac submergé, alimenté en eau de pluie. Elle conduirait à l’établissement de logements privés, de bureaux et même de centres commerciaux; tout cela à bord d’une île dont le parcours serait déterminé par le vent et les courants océaniques. D’autre part, trois ports le maintiennent relié au reste du monde, et les jardins suspendus et les vergers qui le recouvrent permettraient la culture de la nourriture, assurant à ses habitants des ressources suffisantes pour y passer toute leur vie.

Enfin, son nom vient de l’anglais et fait allusion aux nénuphars, dont il prendrait aussi son apparence, avec une taille 250 fois plus grande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *