Vecteur résultant


Dans le contexte de la physique, l’amplitude définie par sa direction, son point d’application, sa quantité et sa signification est appelée vecteur. Selon leurs caractéristiques, il est possible de parler de différents types de vecteurs. C’est en latin que l’on peut trouver l’origine étymologique de ce terme, qui dérive exactement de « vecteur – vectoris », qui peut se traduire par « celui qui mène ». L’idée vectorielle résultante peut apparaître lors d’une opération de sommation avec des vecteurs. En utilisant la méthode dite polygonale, les vecteurs que vous voulez ajouter les uns à côté des autres doivent être placés dans un graphique, faisant coïncider l’origine de chaque vecteur avec la fin du vecteur suivant. Le vecteur résultant est le vecteur qui a une origine coïncidente avec le premier vecteur et se termine à la fin du dernier vecteur. VR sont les acronymes utilisés pour désigner le vecteur résultant qui, comme les autres vecteurs, nécessite, lors de l’analyse, la prise en compte de trois éléments pour le modeler. Nous nous référons à ce qui suit: -Le module, qui est utilisé pour faire mention de l’intensité de son ampleur et qui est représenté par la taille du vecteur. La direction, qui se réfère à l’inclinaison de la ligne. Le sens, qui a la particularité d’être représenté par ce qui est la flèche du vecteur en question.

L’ajout de vecteurs par cette méthode implique de déplacer les vecteurs, de les faire s’unir par leurs extrémités.

Ainsi, nous allons prendre un vecteur et le placer à côté d’un autre, en faisant en sorte que l’origine de l’un se connecte à la fin de l’autre.

Le vecteur qui en résulte « naît » à l’origine du premier vecteur que nous prenons et « se termine » à la fin du vecteur que nous plaçons dans le dernier espace. Il est à noter que, pour ajouter des vecteurs avec la méthode polygonale, il est essentiel de ne pas modifier les propriétés: les vecteurs ne doivent être déplacés que par la méthode polygonale.

Il est important de garder à l’esprit que, lorsque nous sommes confrontés à cette somme, ce que nous devons faire est de recourir à certains éléments fondamentaux en mathématiques et en algèbre.

Nous nous référons aux axes de coordonnées X et Y. Fondamentalement, à partir de ceux-ci et de leurs sommations correspondantes, c’est comme si le vecteur résultant était obtenu. On l’appelle aussi vecteur résultant par rapport à celui qui, dans un système, produit le même effet que les vecteurs qui le composent.

Le vecteur qui a la même direction et la même magnitude mais dans la direction opposée est appelé vecteur d’équilibrage.

Ce vecteur d’équilibrage mentionné, qui est aussi appelé EV, comme nous l’avons mentionné, a la direction opposée, c’est l’opposé dans ce qui est 180º. En plus de ce qui précède, il existe de nombreux autres types de vecteurs, tels que les coplanaires, parallèles, opposés, concurrents, colinéaires, vecteurs fixes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *