Tondre


Le verbe tondre est utilisé en référence à l’action de couper les poils d’un animal. L’utilisation la plus courante est liée à l’extraction annuelle de la laine de moutons, bien qu’elle puisse également être effectuée sur les chèvres, alpagas, vigognes, guanacos et lamas, entre autres espèces.

Il est important de mentionner que la laine est le poil de certains animaux qui peuvent être utilisés pour le tissage. C’est pourquoi il s’agit d’une fibre précieuse utilisée dans la fabrication de manteaux, tapis et autres produits. Une fois par an, les animaux en laine sont tondus. Lors de la tonte d’un spécimen, la laine est coupée avec des ciseaux, puis ces cheveux sont soumis à différents processus et utilisés dans certains travaux textiles. L’acte de tonte a généralement lieu en été, car par temps froid, l’animal a besoin de la laine pour résister aux basses températures. Après la tonte, les poils repoussent, de sorte que douze mois plus tard, il y a à nouveau de la laine disponible pour la tonte.

Il existe différentes méthodes et techniques de tonte. Le mécanisme traditionnel implique l’utilisation de ciseaux, bien qu’une cisaille portative ou stationnaire puisse également être utilisée. D’un autre côté, il y a ceux qui décident de tondre l’animal ligoté, tandis que d’autres choisissent de l’asseoir et de le lâcher. Les caractéristiques de la laine dépendent de l’espèce et de la race de l’animal. D’une manière générale, on peut dire que, lors de la tonte des moutons, on obtient généralement entre trois et neuf kilos de laine par an et par animal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *