Tilacoide


Tilacoide n’est pas un terme qui fait partie du dictionnaire de l’académie de langues. Le concept est utilisé pour nommer les sacs que l’on trouve dans les chloroplastes des plantes. Il est à noter que les chloroplastes sont présents dans les organismes qui développent la photosynthèse. Ce sont des organelles enveloppées de membranes qui abritent des tilacoids.

Dans ces sacs, il y a des molécules qui permettent d’obtenir de l’énergie chimique à partir de l’énergie lumineuse.

Elles ont des formes et des tailles très différentes, bien que chez certaines espèces et certains êtres, elles tendent à avoir des formes et des tailles très similaires, comme c’est le cas, par exemple, des algues. Le nombre de chloroplastes est également très varié. L’une des parties fondamentales est le stroma, où se trouve une concentration remarquable d’enzymes. Il s’agit en particulier des responsables de la réduction et de l’assimilation des sulfates et des nitrates, des responsables de la réplication et de la traduction de l’ADN des chloroplastes et des responsables du processus de réduction photosynthétique du dioxyde de carbone. De la même manière, il y a aussi des gouttelettes de lipides et des grains d’amidon dans le stroma, qui s’accumulent dès que le processus de photosynthèse susmentionné a lieu. Les tilacoides se trouvent dans le stroma, qui est le nom donné à la cavité et au milieu chloroplaste qui abrite ces vésicules. D’autre part, autour des tilacoids il y a une membrane qui marque l’espace lumineux. La fonction des tilacoides est l’absorption des photons présents dans les rayons du soleil. Ainsi, la phase photochimique est réalisée dans les sacs (empilés dans des formations appelées granulés). La chlorophylle, les xanthophylles et les caroténoïdes sont quelques-uns des pigments photosynthétiques que l’on trouve dans les tilacoides.

La structure contient également des enzymes, des lipides et des protéines qui sont nécessaires au développement du processus. En plus de ce qui précède, il est intéressant de connaître d’autres faits intéressants sur les tilacoids, tels que: -Ils sont empilés comme des pièces de monnaie ou des piles. Au sein des tilacoïdes, il existe deux groupes clairement différenciés en termes de systèmes pigmentaires: le PSII (Photosystème II) et le PSI (Photosystème I), où se trouve la molécule d’antenne P700, identifiée car elle absorbe le plus de lumière possible. Dans le cas du PSII, il y a une molécule vraiment importante comme le P680, qui est normalement blanchie, oxydée ou photonisée.

Il est intéressant de noter que les chloroplastes à tilacoïdes font partie du parenchyme de la palissade, un type de tissu que l’on trouve dans les feuilles. Ses cellules, situées sous la couche supérieure de l’épiderme, sont allongées et permettent la photosynthèse, indispensable à l’obtention par les plantes de l’énergie nécessaire à leur subsistance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *