Robustesse


La première étape que nous devons franchir, avant d’analyser en profondeur le sens du terme robustesse, est de déterminer son origine étymologique. Ce faisant, nous découvrons que c’est un mot qui vient du latin, et plus précisément du mot « robustus », qui émane à son tour de « robur », qui peut être traduit par « chêne ». La robustesse est la qualité de la robustesse. Cet adjectif fait référence à ce qui est vigoureux, fort ou ferme. Par exemple: « C’est une voiture très robuste qui peut parcourir des milliers de kilomètres sans subir de dommages », « La robustesse de l’équipe a souffert avec le départ de Vokachik », « Pour qu’une entreprise ait de la robustesse, le plus important est d’avoir une bonne réserve financière ». La robustesse peut se référer à des caractéristiques physiques ou symboliques. Une construction qui existe depuis plusieurs siècles prouve sa robustesse en ayant résisté au passage du temps. Cela peut être possible en raison de la qualité des matériaux et de la capacité des constructeurs.

D’autre part, si une construction commence à présenter des défauts structurels cinq ans après sa naissance, personne ne saurait en souligner la robustesse, car il s’agit d’un bâtiment faible et fragile. Dans le domaine mathématique et statistique, nous devons souligner qu’il existe ce que l’on appelle des statistiques robustes. Il s’agit d’une approximation des méthodes de travail classiques qui existent dans ce domaine, mais avec une particularité qui crée un ensemble de statisticiens ou d’estimateurs qui ne sont en aucun cas affectés par des variations par rapport aux hypothèses. Dans ce sens, il convient également de souligner que c’est elle qui permet de déterminer la robustesse d’une méthode de travail, qui sera basée sur des caractéristiques telles que la fonction d’influence ou ce qu’on a appelé un point de rupture, qui sert à clarifier les observations incorrectes. Un système informatique, par contre, peut se vanter de sa robustesse s’il peut exécuter plusieurs processus simultanément sans générer de pannes ou de plantages.

Un exemple de système robuste est le système de création graphique 3D, qui permet de travailler avec des images très lourdes sans problèmes. Si le programme est suspendu lors du chargement de la première image, c’est une application faible.

Comme le montrent ces exemples, la robustesse ne se réfère pas toujours au matériau. Une construction robuste exige des composants physiques qui lui permettent d’avoir cette qualité, mais un programme d’ordinateur avec le même qualificatif atteint cette désignation par le type de programmation ou sa gestion de l’information numérique. Il convient également de noter que la robustesse est également l’une des qualités les plus importantes établies dans la troisième génération du jeu vidéo Pokemon. C’est une habileté qui permet au personnage non seulement de continuer à vivre, mais aussi de faire face aux chocs d’une nature fulminante que ses adversaires tentent de lui frapper.

Cependant, il existe d’autres jeux de ce type qui, de la même manière, établissent la robustesse comme une qualité pour les participants. Ce serait le cas, par exemple, de « World of Warcraft ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *