Rhapsody


Pour entrer pleinement dans la définition du terme rapsodia, il faut d’abord en connaître l’origine étymologique. Il faut donc être clair qu’elle vient du latin, précisément de « rhapsodia », qui à son tour émane du mot grec « rhapsoidia ». Il s’agissait d’un nom composé de deux parties clairement différenciées: -Le verbe « rhaptein », qui peut être traduit par « assembler ». Le nom « aidein », synonyme de « chanson ». La notion a plusieurs significations: elle peut être, selon le premier sens du dictionnaire de l’académie de langues, le segment d’un poème épique qui se prononce indépendamment de l’ensemble de l’œuvre.

En ce sens, les rapsodias existaient dans la Grèce antique lorsqu’un rhapsodien prit un morceau du poème d’Homère et le récita, laissant de côté le reste des versets.

Il est intéressant de noter que les rhapsodae étaient ceux qui ont fait le tour de différentes villes pour réciter des fragments de poèmes d’Homère ou d’autres auteurs. Dans le domaine de la musique, le rapsodia est connu comme le thème qui se compose de l’union libre de diverses unités rythmiques et thématiques, qui n’ont aucun lien entre elles.

Au cours des siècles passés, des compositeurs tels que Johannes Brahms et Franz Liszt créèrent des rhapsodies qui devinrent populaires.

Cependant, nous ne pouvons pas négliger d’autres compositions de ce genre qui sont importantes tout au long de l’histoire.

Ce serait le cas, par exemple, des suivantes que nous vous donnerons: – « Rhapsody in blue ». En 1924, cette composition fut écrite par George Gershwin et créée à New York la même année. Des éléments classiques et d’autres éléments de jazz sont réunis dans le même, dont la version de 1946, produite par Ferde Grofé, est considérée comme l’une des pièces les plus importantes de tous les temps aux États-Unis. « Rhapsodie sur un thème Paganini.  » Le compositeur russe Sergey Rajmaninov (1873 – 1943) est le créateur de cette pièce, qui est un ensemble de plus de vingt variations sur « Capricho nº 24 » du violoniste et compositeur italien Niccoló Paganini Bocciardo.

Plus près dans le temps, l’un des rhapsodes les plus célèbres est la « Rhapsodie de Bohême » (ou « Rhapsodie de Bohême », dans sa langue d’origine) du groupe de la Reine.

Il a été composé par Freddy Mercury et sorti sur l’album « A night at the opera », sorti en 1975. « Rhapsodie de Bohême » est composé de six fragments. Une introduction capella-sung est suivie d’une ballade au piano, puis c’est le tour d’un solo de guitare, d’une partie opératique, d’un segment rock et se termine par la coda. En ce qui concerne les paroles, bien que Mercury n’ait jamais voulu donner de détails ou d’éclaircissements, on a interprété qu’il y avait un conflit avec sa sexualité.

Rapsodia est aussi le nom d’une marque de mode argentine, née en 1999, qui se définit par des compositions de style éclectique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *