Respiration cellulaire


La respiration (de la respiration latine) est un processus physiologique consistant en l’échange de gaz avec l’environnement. Respiration signifie absorber l’air, en absorbant une partie de ses substances et en l’expulsant après sa modification. La cellule, d’autre part, est l’unité fondamentale des organismes vivants ayant une capacité de reproduction indépendante.

Ces définitions nous permettent d’aborder la respiration cellulaire, un ensemble de réactions biochimiques qui se produisent dans la plupart des cellules. Le procédé implique la séparation de l’acide pyruvique (produit par glycolyse) en dioxyde de carbone et en eau, ainsi que la production de molécules d’adénosine triphosphate (ATP). En d’autres termes, la respiration cellulaire est un processus métabolique dans lequel les cellules réduisent l’oxygène et produisent de l’énergie et de l’eau.

Ces réactions sont indispensables à la nutrition cellulaire.

La libération d’énergie est développée de manière contrôlée.

Une partie de cette énergie est incorporée dans les molécules d’ATP qui, grâce à ce procédé, peuvent être utilisées dans des processus endothermiques tels que l’anabolisme (le maintien et le développement de l’organisme). La respiration cellulaire peut être divisée en deux types: la respiration aérobie et la respiration anaérobie. Dans la respiration aérobie, l’oxygène agit comme accepteur des électrons qui libèrent des substances organiques. La respiration anaérobie, en revanche, n’implique pas d’oxygène, mais les électrons reviennent à d’autres accepteurs, qui sont généralement des sous-produits du métabolisme d’autres organismes. Il est important de faire la distinction entre la respiration anaérobie et la fermentation, qui est un processus de réduction interne de la molécule traitée. Glucolyse Aussi appelée lyse ou excision du glucose, la glucolyse est réalisée par neuf réactions bien définies qui catalysent neuf enzymes différentes.

A la fin du processus, chaque molécule de glucose produit deux ATP (adénosine triphosphate) et deux NADH (forme réduite de NAD+, nicotinamide adénine dinucléotide).

Les neuf phases de la glucolyse sont détaillées ci-dessous: 1) Tout commence par l’activation du glucose (glucose + ATP -> 6-phosphate de glucose + ADP). Un pourcentage de l’énergie libérée pendant la production du 6-phosphate de glucose et de l’ADP est laissé dans le maillon qui lie la molécule de glucose au phosphate; 2) Une isomérase catalyse une réaction qui réorganise le 6-phosphate de glucose, entraînant la formation du 6-phosphate de fructose; 3) l’ATP donne le 6-phosphate de fructose Cette réaction est régulée par l’enzyme phosphofructokinase.

4) Le fructose 1,6-diphosphate est divisé en deux sucres 3-carbone: le phosphate de dihydroxyacétone et le glycérol de 3-phosphate; 5) l’oxydation des molécules de glycérol de 3-phosphate a lieu C’est la première réaction qui entraîne une certaine récupération d’énergie. Le composé produit dans cette phase est le phosphoglycéride qui, lorsqu’il est mis à réagir avec un phosphate inorganique, donne lieu à 1,3 diphosphoglycéride; 6) La réaction du phosphate avec l’ADP forme ATP, deux par molécule de glucose, par un processus de transfert d’énergie connu sous le nom de phosphorylation; 7) Un transfert enzymatique du groupe phosphate restant est produit à partir de.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *