Résolution ministérielle


Parmi les multiples significations du terme « résolution », il est dans notre intérêt de conserver cette fois-ci le sens de « décision » ou « décret » d’une autorité. Ministériel est lié à un ministère (un département ou un secteur du gouvernement de l’État).

Une résolution ministérielle est donc une mesure décrétée par un ministère du gouvernement.

Il s’agit d’un règlement ou d’une règle édictée par un ministère conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution. Le concept de ministère peut être défini comme l’un des éléments fonctionnels dans lesquels il est possible de diviser le gouvernement d’un pays. Sur la base d’un système parlementaire, le président a le rôle d’un plus grand pouvoir, c’est pourquoi le total des ministères est dépassé dans la hiérarchie; en son pouvoir est la décision du nombre de ministères à créer, sa dénomination et les tâches à accomplir par chacun, ainsi que l’élection de la personne qui assumera le leadership de chacun. Bien que sa portée et son emplacement dans le système juridique dépendent de chaque pays, on peut dire que la résolution ministérielle est un règlement approuvé par un ministre et qu’elle est liée aux politiques du secteur dont elle relève. Le Ministère de l’éducation d’une nation peut prendre une décision ministérielle pour indiquer que le diplôme d’enseignement secondaire d’un pays X est également considéré comme valable sur son territoire national.

Cela permet d’éviter que les immigrés du pays X n’aient à rendre des équivalences et les autorise à poursuivre leurs études tertiaires sans autre formalité.

Une décision ministérielle d’un ministère de la Santé, par contre, peut interdire la vente de produits pharmaceutiques et de médicaments dans des établissements qui ne sont pas agréés en tant que pharmacies. De cette façon, les supermarchés ne peuvent pas offrir ce type de produit à leurs clients parce qu’ils violeraient une résolution ministérielle et, par conséquent, ils seraient exposés à la punition établie par la loi pour ce type de fautes.

La procédure d’élaboration d’une résolution ministérielle inclut sa rédaction correcte dans un document qui doit inclure le lieu géographique où elle est conçue, la date et les signatures et cachets correspondant aux personnes qui la préparent et aux organismes qui la soutiennent. D’autre part, un numéro unique devrait également être attribué pour l’identifier, suivi d’un acronyme faisant référence au ministère dans lequel il est valable; par exemple, s’il s’agit d’une mesure du ministère de la Santé, il peut se terminer par « MINEDU ». Tout au long du document, une certaine structure doit être respectée afin de fournir aux lecteurs un contexte solide et détaillé à la décision exprimée au bas du document. Pour adopter une résolution ministérielle particulière, le gouvernement doit s’appuyer sur les lois et règlements en vigueur, et il devient donc nécessaire de faire valoir toutes les raisons qui la sous-tendent.

Ces informations servent également à justifier et à défendre la mesure en question, car les ressources publiques sont souvent utilisées et cela ne peut pas être fait délibérément.

Dans l’exemple de la résolution ministérielle validant la qualification secondaire d’un pays à l’étranger, la mesure doit s’appuyer sur les résultats de la recherche éducative, entre autres, pour démontrer que les connaissances offertes sur les deux sites sont compatibles et suffisantes dans le pays de destination pour accéder à l’enseignement supérieur et, pourquoi pas, pour bénéficier des mêmes opportunités d’emploi que les populations locales. Au contraire, il ne serait pas acceptable de présenter un décret sans aucun soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *