RCR


RCR est l’acronyme pour la réanimation cardiorespiratoire ou la réanimation cardiorespiratoire. Il s’agit d’une technique appliquée lorsqu’une personne cesse soudainement de respirer, dans le but de rétablir la capacité respiratoire et l’activité du cœur de l’individu. La RCR est habituellement réalisée en combinant deux processus à tour de rôle. Alors que les compressions sont faites dans la poitrine de la personne qui a cessé de respirer pour rétablir la fonction cardiaque, la respiration bouche-à-bouche est donnée pour donner de l’air aux poumons de la personne. Ces deux processus doivent être développés, en respectant un certain rythme, jusqu’ à ce que le sujet respire à nouveau.

Le but de la RCR est d’empêcher le flux sanguin de la personne de s’arrêter même quand elle ne respire pas.

Si cela est réalisé, les dommages irréversibles au cerveau peuvent être minimisés et même la mort évitée, car le temps est permis jusqu’ à ce qu’un médecin arrive. Il est impératif que la RCR soit enclenchée dès qu’on remarque que la personne ne respire pas (c’est-à-dire qu’il n’ y a pas d’air soufflé du nez ou de la bouche) et qu’elle est inconsciente (ne réagit pas au toucher ou à la voix). La RCR peut ainsi aider à sauver la vie d’une personne qui s’est noyée, qui a eu une crise cardiaque ou qui s’est évanouie à la suite d’un choc électrique.

Bien que la RCR soit simple, il faut tenir compte de certaines questions comme la posture du bras et de la main lorsqu’on comprend et le secteur où la pression est exercée. Les entreprises offrent habituellement des cours de RCR à leurs employés, peu importe leur activité, puisqu’il s’agit d’un ensemble de compétences nécessaires pour intervenir en cas d’urgence.

Une telle formation peut être dispensée aux employés à n’importe quelle étape avant l’embauche (pour s’assurer que tous les employés possèdent cette compétence) et à n’importe quel moment au cours de leur relation avec l’entreprise. Généralement, dans le cadre d’un cours de RCR, les marionnettes sont utilisées à des fins de pratique plutôt que d’exiger des élèves qu’ils interagissent avec d’autres, car la procédure n’est pas aussi simple qu’elle est habituellement présentée à la télévision ou au cinéma, et il est nécessaire de se détendre et de se concentrer pour respecter toutes les instructions des instructeurs. Par contre, certaines étapes peuvent causer des moments d’inconfort si vous travaillez par deux, surtout si vous respirez de bouche à bouche.

Il est également courant que ces cours soient enseignés dans les écoles, soit dans le cadre de campagnes de sensibilisation de masse, soit dans le cadre du contenu de base, bien que cette dernière option soit très rare.

Si tous les élèves apprenaient à maîtriser la RCR dès leur plus jeune âge, le nombre de décès causés par les retards des ambulances serait beaucoup moins élevé. Il est intéressant de noter que la RCR a vu le jour à la fin des années 1700, ou du moins à ce moment-là, la première preuve écrite d’une procédure semblable, qui était fondée sur le fait de presser le cartilage du cricoïde pour empêcher l’air de pénétrer dans l’œsophage pendant l’insufflation artificielle. Malgré l’âge de ces découvertes, ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que les fondements de la RCR ont été posés officiellement. Jusqu’ à présent, celles-ci ont été modifiées plus d’une fois; par exemple, au début, un maximum de 60 compressions par minute était envisagé, alors qu’aujourd’hui une moyenne de 100 est indiquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *