Raisons trigonométriques


La première étape à franchir avant d’établir le sens du terme raisons trigonométriques est de déterminer l’origine étymologique des deux mots qui lui donnent forme: -Raisons dérivées du latin, de « rapport », qui est synonyme de « raison ». La trigonométrie, quant à elle, est d’origine grecque.

Il signifie « lié à la trigonométrie » et se compose des éléments suivants de cette langue: le nom « trigonon », qui peut être traduit par « triangle »; le nom « métron », qui est équivalent à « mesure », et le suffixe « -ico », qui signifie « relatif à ».

La trigonométrie est le nom de la branche des mathématiques dédiée aux calculs liés aux éléments d’un triangle. Pour ce faire, il fonctionne avec des unités telles que le degré sexagésimal (qui est utilisé lors de la division d’une circonférence en 360 degrés sexagésimal), le degré centesimal (la division est faite en 400 degrés centesimaux) et le radian (qui est pris comme l’unité naturelle des angles et indique que la circonférence est susceptible de division en 2 radianes pi). La notion de rapport trigonométrique renvoie aux liens qui peuvent être établis entre les côtés d’un triangle ayant un angle de 90º.

Il y a trois raisons trigonométriques majeures: tangente, sinus et cosinus. Le rapport tangent trigonométrique est le rapport entre les pattes opposées et adjacentes. Le sein, d’autre part, est la raison entre le contraire et l’hypoténuse, tandis que le cosinus est la raison entre le adjacent et l’hypoténuse. Pour comprendre ces raisons trigonométriques, bien sûr, il faut connaître les catétos et l’hypoténuse.

La jambe adjacente est celle qui traverse l’angle de 90 degrés, tandis que la jambe opposée est exactement l’opposé de l’angle. Les deux forment donc l’angle de 90°. L’hypoténuse, d’autre part, est le côté supérieur du triangle. Au-delà de la tangente, du sinus et du cosinus, il est possible de reconnaître d’autres raisons trigonométriques moins utilisées, comme le cotangent (le rapport entre catéchumat adjacent et opposé), le cosécant (le rapport entre hypoténus et catéchumène opposé) et le sécant (le rapport entre hypoténus et catéchumène adjacent). Cependant, nous ne pouvons pas ignorer que les raisons trigonométriques existent également dans une circonférence. Dans ce cas, il faut tenir compte de plusieurs données intéressantes et importantes comme celles-ci: – La circonférence du cercle goniométrique est celle qui a son centre dans l’origine des coordonnées, alors que son rayon est l’unité. Dans cette circonférence, les axes de coordonnées mentionnés ce qu’ils font délimitent quatre quadrants, apparaissant des triangles similaires. Quant aux rapports trigonométriques qui peuvent avoir lieu en général, nous pouvons déterminer qu’il existe différents types de relations, tels que les angles supplémentaires, les angles complémentaires, les angles opposés, les angles qui diffèrent de 180º, les angles supérieurs à 360º, les angles négatifs, ceux qui totalisent jusqu’ à 270º et même ceux qui diffèrent de 90º, entre autres modalités. Il y a aussi des raisons trigonométriques pour les appels à angle moyen ou à double angle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *