Progestérone


Les hormones impliquées dans le processus de gestation sont appelées progestatifs. Dans ce groupe, il y a la progestérone, qui peut être considérée comme le progestatif le plus important parmi ceux produits naturellement par les humains. Le terme progestérone est un néologisme formé à partir de la somme de deux composantes latines, comme le préfixe « pro-« , qui peut être traduit par « avant », et le verbe « gestare », qui est équivalent à « être enceinte ».

Cette hormone stéroïde, composée de quatre hydrocarbures cycliques qui sont interreliés entre eux et avec d’autres composants, participe à la grossesse, à l’embryogenèse et aux menstruations. La progestérone est produite dans le placenta, les ovaires, le foie et les glandes surrénales. La progestérone peut également être considérée comme une hormone sexuelle.

Elle commence à se produire après la puberté chez les femmes, encourageant le développement maturatif de son action pendant le cycle menstruel. La progestérone, en fait, est la clé du développement de la grossesse.

Pendant la période de gestation, il y a beaucoup de femmes qui voient leurs gynécologues prendre la décision de prescrire de la progestérone. Ils le font parce qu’ils le jugent nécessaire pour faire face à certaines situations qui se présentent, comme le risque d’un avortement naturel.

Cependant, il y a d’autres cas où une femme, sans être enceinte, doit également accepter une prescription pour la substance. En particulier, le médecin le prescrit généralement lors d’un processus de fécondation in vitro et il est donc nécessaire que l’utérus soit dans les meilleures conditions pour recevoir l’arrivée du bébé. Il ne faut pas oublier non plus que les femmes qui ont des saignements absolument irréguliers pendant les menstruations devraient également prendre la décision d’opter pour la progestérone pour mettre fin à l’anomalie. En particulier, dans ces cas, il aide également à soulager certains symptômes habituels à ce stade mensuel, tels que les maux de dos, la distension abdominale, la fatigue, les sautes d’humeur soudaines ou la fatigue. La progestérone peut être administrée sous diverses formes: par comprimés oraux, sous forme de gel vaginal, par suppositoire ou en injection.

Lorsque la progestérone est avalée sous forme de pilules dans un but quelconque, elle peut causer des effets indésirables, tels que des maux de tête, des problèmes rénaux, des crampes, une rétention de liquide et des maladies thrombotiques.

Les valeurs normales de la progestérone sanguine varient selon différents facteurs. Chez l’homme et la femme, avant l’ovulation et après la ménopause, il est inférieur à un nano-gramme par millilitre.

Au milieu de leur cycle, les femmes présentent un taux sanguin de progestérone compris entre cinq et vingt nanogrammes par millilitre. Pendant la grossesse, enfin, la quantité de progestérone varie entre onze et quatre-vingt-dix nanogrammes par millilitre selon le stade. Une mesure du niveau de progestérone peut donc aider à diagnostiquer une grossesse, des problèmes d’ovulation, une hyperplasie congénitale des surrénales ou divers types de cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *