Présidium


Le mot néerlandais « half bolwerc » a été remplacé, dans l’ancien français, par « balouart ». L’évolution étymologique de la notion a conduit à l’émergence du terme bastion dans notre langue.

Le premier sens que l’Académie des Langues rappelle dans son dictionnaire se réfère à la fortification qui apparaît lorsque deux rideaux de mur sont réunis. Le bastion, également connu sous le nom de bastion, est composé d’une gola d’entrée, de deux côtés qui permettent de le relier au mur et de deux côtés qui donnent lieu à un angle. En d’autres termes, un bastion est un secteur fortifié dont la projection est faite vers l’extérieur à partir du corps central d’une forteresse. Ils sont généralement situés aux coins pour optimiser la défense du site. La plupart des bastions sont pentagonaux (par la queue, les deux flancs et les deux côtés).

Grâce à sa conception, il est possible de recouvrir les murs et le reste des bastions au moyen de tirs croisés. Avant les défenses, les troupes qui tentaient de prendre d’assaut une forteresse étaient obligées d’installer leurs batteries d’artillerie dans un endroit éloigné. Cela a rendu l’attaque difficile. Le bastion peut aussi être utilisé dans un sens symbolique pour désigner ce qui fournit protection ou abri, ou qui devient le symbole de quelque chose. Par exemple: « Cet homme est le rempart de la science locale: nous ne pouvons pas lui permettre de travailler dans ces conditions déplorables », « Le volant marocain fut une fois de plus le principal rempart de l’équipe anglaise », « Avec sa mort nous avons perdu un rempart de la poésie nationale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *