Pensée abstraite


Il faut revenir au latin car c’est dans cette langue que nous trouvons l’origine étymologique du terme que nous allons maintenant étudier. En particulier, il est le fruit de l’union de deux mots: la pensée, qui vient du verbe « pensare », synonyme de pensée, et l’abstrait, qui vient de l’abstractus. Un mot se compose du préfixe abs-, qui équivaut à « séparation », et du mot tractus qui peut être traduit par « distance ».

La pensée abstraite suppose la capacité d’assumer volontairement un cadre mental. Cela implique la possibilité de changer, à volonté, d’une situation à l’autre, de décomposer le tout en parties et d’analyser simultanément différents aspects d’une même réalité, par exemple.

De cette façon, la pensée abstraite nous permet de discerner les propriétés communes, de planifier et d’assumer des simulations, de penser et d’agir symboliquement. Ces habiletés sont habituellement affaiblies chez les sujets souffrant de troubles mentaux comme la schizophrénie. Une pathologie mentale est celle que nous venons de mentionner, qui se caractérise fondamentalement par le fait que la personne qui en souffre a non seulement des altérations dans le domaine de la perception, mais aussi dans la réalité elle-même.

La pensée abstraite diffère de la pensée formelle, qui est basée sur des expériences réelles. L’individu grandit en s’appuyant sur des objets concrets. Dès l’âge de douze ans, il commence à remplacer les objets par des idées ou des concepts qui lui sont propres. Par conséquent, on peut affirmer que la pensée formelle est réversible et interne. Par un processus inconscient, l’adolescent est capable de penser abstraitement, de formuler des hypothèses et de préparer des expériences mentales pour les tester. La pensée abstraite présente un caractère propositionnel, qui consiste à utiliser des propositions verbales pour exprimer des hypothèses et des raisonnements avec les résultats obtenus.

Nombreux sont les savants qui ont abordé le sujet de la pensée abstraite. Parmi eux, il convient toutefois de souligner le travail du psychologue suisse Jean Piaget, qui a entre autres établi qu’il est atteint vers l’âge de douze ans.

Un moment où l’être humain a dépassé le stade de la pensée concrète et s’ouvre à la pensée abstraite en développant et en explorant la pensée abstraite.

Pour Piaget, c’est à ce moment qu’une personne en question est tout à fait prête, tant en termes généraux que dans son cerveau en particulier, à formuler toutes sortes de pensées abstraites. Il convient de noter que le langage est le moyen par lequel il est possible de penser aux représentations d’objets réels.

La pensée abstraite est basée sur des schémas formels, qui sont des unités de pensée à travers lesquelles la connaissance est représentée. Les schémas permettent de faire des prédictions et d’adapter le sujet aux exigences de l’environnement et d’intégrer de nouvelles informations. En conclusion, nous pouvons établir que la pensée abstraite est fondamentale chez tout être humain, parce qu’elle a la capacité de déduire, d’extrapoler ce qui a été appris à toute autre situation, de comparer ou de tirer des conclusions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *