Passif à court terme


Les passifs à court terme d’une société se composent de ses passifs à court terme, qui doivent être payés dans un délai inférieur à douze mois. Il s’agit donc de la dette à court terme actuelle, qui n’est pas destinée à rester longtemps dans l’entreprise et qui est en constante évolution ou en constante évolution. Les crédits commerciaux (attribués par les fournisseurs et les créanciers, résultant de la distance temporelle entre le moment de l’acquisition d’un bien ou d’un service et le moment du paiement), les crédits bancaires (attribués par les institutions financières, tels que les prêts, les lignes de crédit ou les escomptes sur effets de commerce), le papier commercial (qui constituent du financement à court terme) et l’affacturage (vente de débits de clients à d’autres sociétés) font partie des passifs courants. Il est à noter que dans le domaine de la comptabilité, le court terme (généralement exprimé en PC) est défini comme la période de temps ne dépassant pas la fin de l’exercice en cours. Les passifs courants sont classés en deux catégories, qui regroupent certaines des situations exprimées dans le paragraphe précédent: les passifs spontanés et les passifs exprès.

Responsabilité spontanée Il s’agit d’un financement sans frais que le cycle de production lui-même génère automatiquement.

Au cours du cycle d’exploitation, chaque société exerce ses activités normales de vente, d’achat, de paiement des impôts; toutes sont des sources normales de responsabilités spontanées. Les transactions avec les fournisseurs sont dérivées des comptes qui doivent être payés pour les achats effectués à crédit. L’utilisation des services et l’embauche de salariés entraînent une série d’obligations, d’impôts que l’entreprise doit payer.

Enfin, il y a certains frais généraux, comme la réparation de l’équipement et les frais pour des travaux particuliers. Tout financement négocié avec des banques ou des institutions financières, dont le paiement doit être effectué à court terme et qui implique le paiement d’intérêts fait partie du passif exprès (également appelé dette financière). En d’autres termes, il s’agit de toute obligation découlant d’opérations qui ont été expressément contractées, c’est-à-dire qui n’ont pas été générées automatiquement par le cycle de production.

Les sources courantes de passif à court terme comprennent les prêts à tempérament à court terme, les lignes d’escompte commerciales et les facilités de crédit. Il est important de noter que la dette à terme doit être utilisée pour désigner tout financement explicite des coûts (par lequel les intérêts sont payables) à court ou à long terme, et le crédit pour désigner toute dette à court terme (c.

-à-d.

une dette financière arrivant à échéance au cours de l’année courante). Enfin, il ne faut pas confondre cette utilisation du crédit avec l’abréviation de politique de crédit, puisque ce dernier concept est une autorisation donnée par les banques d’effectuer un virement court, avec une certaine limite. Le passif à long terme ou fixe, par contre, est composé d’obligations et de dettes dont l’échéance est supérieure à douze mois à compter de la date de leur conclusion.

Les passifs éventuels, par contre, sont liés à des obligations avec des transactions incertaines et susceptibles de survenir à la suite d’un événement futur.

Les autres passifs comprennent les passifs différés (avec des obligations dont l’application est liée aux résultats), les passifs pris en charge (les passifs assumés (les passifs pris en charge par d’autres passifs qu’une entreprise assume elle-même après la signature d’un accord) et le passif libellé sous la forme d’un passif titré (dettes documentées prises en charge par les organes de l’État).

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *