Panic Attack


Pour comprendre la notion d’attaque de panique, il faut d’abord définir les termes qui la composent. Il s’appelle attaquer l’acte et le résultat de l’attaque : attaquer, attaquer, attaquer, offenser.

La panique, par contre, est un sentiment intense de peur. On peut dire qu’une crise de panique est un phénomène qui se produit lorsqu’une personne éprouve soudainement une peur d’une grande intensité. L’attaque peut durer quelques minutes ou même des heures.

Considérées comme une crise de détresse, les crises de panique apparaissent sans cause apparente. L’individu, sans savoir pourquoi, commence à se sentir terrifié et son corps réagit comme s’il était confronté à une menace spécifique.

Le sujet, de cette façon, commence à avoir des problèmes respiratoires, des tremblements, une tachycardie, une transpiration excessive et des étourdissements, entre autres symptômes. La crise de panique est associée à une augmentation soudaine de l’anxiété. La personne n’est pas consciente de la raison spécifique qui déclenche la situation : c’est quelque chose qui lui cause beaucoup d’angoisse et qu’il ne peut pas traiter pour l’assimiler dans sa structure psychique. Outre le sentiment de terreur et les effets physiques, il est courant que les gens soient incapables de relier correctement leur environnement à la réalité et de faire l’expérience d’une étrangeté qui leur est propre. Le sentiment de perte de contrôle de votre corps et de votre vie en général est également courant. Lorsque les crises de panique se reproduisent, l’individu souffre de ce qu’on appelle un trouble panique.

Cette condition est généralement traitée avec une thérapie psychologique (pour détecter la vraie raison de la détresse) et des médicaments prescrits par un médecin pour soulager les effets physiologiques (antidépresseurs, anxiolytiques). Quatre étapes pour surmonter une crise de panique Malgré la gravité des symptômes, il n’est pas difficile d’arrêter une crise de panique.

En termes techniques, il s’agit simplement d’annuler le message d’urgence aux glandes surrénales. Après une série de quatre étapes définies par des spécialistes, les attaques ne peuvent pas durer plus de trois minutes, et les statistiques montrent qu’une fois apprises, leur efficacité augmente avec la pratique. Avant de détailler les quatre étapes, il est nécessaire de préciser que la solution définitive exige de trouver la cause de l’anxiété et de travailler à l’empêcher de nous affecter de façon négative, un travail qui peut prendre beaucoup de temps et de détermination.

La première étape est la relaxation.

Il est nécessaire de prendre conscience que nous souffrons d’une crise de panique et que nous pouvons la surmonter.

Contrôler votre respiration est la clé, et pour cela nous devons prendre une respiration lente et profonde, en essayant de remplir la partie inférieure de vos poumons et ensuite expirer jusqu’à ce que tout l’air soit expulsé, afin de réduire le niveau d’adrénaline.

Une fois que nous avons repris le contrôle de notre respiration, nous devons arrêter le flux des pensées négatives.

Pour ce faire, il est souvent utile de dire à haute voix n’importe quelle phrase qui nous aide à les effrayer, comme « Assez ! Cette étape va à l’encontre de la tendance plus courante qui consiste à répéter des phrases destructrices dans un cercle vicieux.

Comme à l’étape précédente, nous devons dire des phrases qui nous rassurent contre les idées catastrophiques qui surgissent souvent lors d’attaques. Par exemple, si nous craignons d’avoir une crise cardiaque, nous pouvons choisir de répéter :  » C’est juste une crise de panique et le cœur bat plus fort que d’habitude, rien de plus. Enfin, même si nous ne devrions pas nécessairement le faire à la quatrième place, il est important d’accepter ses propres émotions.

Il ne sert à rien de nier ou de minimiser la peur que nous ressentons pendant un épisode, mais nous devons aller à la racine du problème et essayer d’en comprendre les raisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *