Ombudsman


L’Ombudsman est un concept de la langue suédoise qui ne fait pas partie du dictionnaire de l’Académie des langues. Ce terme est utilisé comme équivalent à Ombudsman, une fonction publique qui existe dans de nombreux régimes politiques.

Le médiateur est chargé de veiller à ce que les droits des citoyens ne soient pas écrasés par l’État. La mission du fonctionnaire est de garantir le respect des droits de chaque individu dans le cadre de toute action judiciaire, administrative, bureaucratique ou autre. Par conséquent, ce que fait l’ombudsman, c’est de défendre les droits des individus et, à son tour, de contrôler que le gouvernement en place ne viole pas ces libertés et ces garanties des sujets. Le médiateur a la particularité d’être un fonctionnaire élu par élection du Congrès, après que sa personnalité ait fait l’objet d’un débat public, mais qu’elle soit indépendante du Congrès lui-même. Bien que son pouvoir dépende de la Constitution de chaque pays, il n’ a généralement pas le pouvoir de sanctionner les autorités ou de les contraindre à agir. Habituellement, son champ d’application est politique, il fait des suggestions et tente de persuader les autorités. L’ombudsman peut toutefois mener des actions qui visent à faire intervenir un tribunal ou même la Cour suprême pour que ses propositions soient efficaces et exécutoires. Il est à noter qu’en plus de son rôle actif, le médiateur peut également recevoir et traiter les plaintes des citoyens qui demandent son aide. La Fédération ibéro-américaine des médiateurs (FIO), la Fédération ibéro-américaine des médiateurs, est un groupe né en 1995 à Cartagena de Indias (Colombie) et qui compte parmi ses membres des procureurs généraux, des procureurs, des fournisseurs, des commissaires et des présidents de commissions publiques des droits de l’homme et des médiateurs des pays ibéro-américains, aux niveaux régional, provincial, régional, régional, autonome et national.

Cette fédération est régie par son statut (qui a été approuvé le 5 août 1995 à Cartagena de Indias et amendé à trois reprises, en 1999,2000 et 2006), ainsi que par les résolutions adoptées par le Comité de Pilotage et l’Assemblée Générale, selon le type de décision qui doit être prise à chaque étape.

Il convient de mentionner que sa plus haute autorité est l’Assemblée générale, qui se compose des membres les plus hauts gradés. Le Comité de pilotage est composé des titulaires des organisations nationales qui font partie de la Fédération et de trois personnes représentant les organisations étrangères, afin d’assurer la représentation des différentes régions géographiques. Historiquement, ces représentants non nationaux venaient d’Espagne (qui a des médiateurs régionaux), du Mexique (où il y a des commissions nationales des droits de l’homme) et d’Argentine (pays avec des médiateurs provinciaux). L’objectif principal de la Fédération ibéro-américaine des médiateurs est de créer un espace de discussion, d’échange d’expériences, de coopération et de promotion, de diffusion et de renforcement de l’institution des médiateurs dans sa juridiction au niveau géographique. Mais ses objectifs ne s’arrêtent pas là, puisque la FIO cherche aussi à:

· renforcer, développer et promouvoir la culture des Droits de l’Homme dans les pays d’origine de ses membres;

· créer et maintenir la collaboration avec les organisations non gouvernementales qui plaident pour la défense, la promotion et le respect des Droits de l’Homme;

· lutter pour la promotion de la recherche et des études sur des sujets qui relèvent de sa compétence, dans le but d’assurer la coexistence pacifique des peuples, et collaborer au renforcement des droits de l’homme des peuples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *