Nerfs


Un nerf est un ensemble de fibres d’un type particulier qui conduit des impulsions entre le système nerveux central et différentes parties du corps. Ce groupe est formé comme un cordon blanchâtre et a la capacité de transmettre des ondes électriques (impulsions nerveuses ou potentiel d’action) à grande vitesse.

Habituellement, l’impulsion nerveuse naît dans le corps cellulaire d’un neurone et passe de l’axone à la fin; elle est transmise à un autre neurone par la synapse. Il existe différents types de nerfs: les afférents sont ceux qui transmettent des signaux sensoriels de la peau ou d’autres organes au cerveau; les efferents, par contre, transmettent l’impulsion du cerveau aux glandes et aux muscles. Selon leur origine, les nerfs peuvent être crâniens (nés dans le bulbe ou le cerveau), la moelle épinière ou le système nerveux sympathique.

Selon leur fonction, il y a des nerfs sensoriels (transmettre des stimuli des organes des sens), moteurs ou centrifuges (transmettre des ordres de mouvement aux muscles et aux glandes), sensoriels ou centripés (transférer des ordres aux centres nerveux) et mixtes (opérer comme moteur et sensoriel). D’autre part, le concept de nerfs est souvent lié au stress émotionnel ou à l’agitation qu’éprouve une personne.

Elle peut se rapporter à des situations très diverses, car d’une part elle dénote l’insécurité en soi face à certaines pressions, et d’autre part elle ressemble à des réactions liées à l’hystérie. En replaçant le terme dans son contexte, on peut citer les phrases suivantes: « Les nerfs m’ont tenu éveillé toute la nuit », « Les nerfs m’ont trahi et je n’ai pas pu parler », « Soudainement il a eu une dépression nerveuse et a commencé à tout décomposer ». Dans les deux premiers cas, il est clair que la personne devait faire face à quelque chose (ou quelqu’un) qui était hors de son contrôle; il peut s’agir d’un examen scolaire très difficile, d’un entretien d’embauche ou d’une rencontre très désirée de nature amoureuse.

Ce sont des moments qui génèrent un grand volume d’attentes chez ceux qui doivent les traverser, et le résultat est une sorte de surcharge émotionnelle qui les empêche d’agir normalement.

La dernière phrase parle d’une situation très différente: les attaques nerveuses peuvent ou non avoir la même origine que d’autres cas, être fondées sur l’insécurité face à un défi qui effraie l’individu en raison de sa difficulté. Cependant, quelle que soit sa racine, c’est une façon de canaliser les émotions opposées au blocus; c’est un syndrome étudié par la psychologie et a comme symptômes communs des cris, des pleurs, des agressions verbales et physiques, avec en plus l’ajout de montrer un manque de contrôle clair. Il est essentiel de souligner cette dernière partie, car lorsqu’un individu souffre d’une dépression nerveuse, il perd le contrôle de ses actes; d’autre part, il est fréquent que les témoins de ce trouble pensent qu’il s’agit d’une agressivité gratuite, d’un manque d’éducation ou d’un désir d’attirer l’attention; et rien ne saurait être plus loin de la vérité. Pour illustrer une dépression nerveuse, prenons l’exemple d’un jeune cadre qui travaille dans un bureau avec des dizaines de personnes et mène une vie apparemment calme et ordonnée, qui a étudié dur pour obtenir son emploi et qui est considéré comme une personne très intelligente par son entourage; un jour, une discussion avec un collègue l’amène à prendre une chaise et à attaquer meubles et ordinateurs, comme s’il avait été possédé spontanément par un démon. La question qu’il faut se poser est de savoir qui pense qu’il s’agit d’un acte volontaire: pourquoi cette personne voudrait-elle gaspiller tant d’efforts? Enfin, les nerfs étaient une tribu belge située au nord de la Gaule au 1er siècle avant J.

-C.

, à l’est de l’Escaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *