Modulation


Du latin modulatio, le terme modulation est lié au fait et aux conséquences de la modulation. Ce verbe a plusieurs applications et utilisations, telles que l’altération des propriétés d’un son, la modification des facteurs qui influencent une procédure pour obtenir des résultats différents, le fait de laisser une clé pour en faire appel à une autre ou la modification de la valeur d’une fréquence, d’une phase ou de l’amplitude d’une onde. Pour les télécommunications, la modulation est la technique appliquée dans le transport des données d’ondes porteuses.

Grâce à ces techniques, il est possible d’utiliser au mieux le canal de communication pour transmettre simultanément un plus grand volume de données. La modulation aide à protéger le signal contre les interférences et le bruit. Le processus de modulation consiste à faire varier un paramètre qui se trouve dans l’onde porteuse en fonction des modifications du signal modulant.

On peut citer, entre autres, la modulation de fréquence, la modulation d’amplitude, la modulation de base et la modulation de longueur d’onde. Dans le domaine musical, la modulation consiste à modifier temporairement le timbre, de sorte qu’il ne doit pas être indiqué sur la partition avec une nouvelle armure de touches, et qu’il est possible de résoudre par cadence, bien qu’elle ne soit pas obligatoire.

En général, l’objectif est de passer à des tonalités proches (non pas à confondre avec la proximité physique des notes dans une portée, mais à mettre en relation de manière directe et qui nécessitent le moins de changements ou « accidents » à partir du principal), bien qu’on cherche parfois à changer de mode (de majeur à mineur ou vice versa) ou pour des intervalles différents.

Les trois types de modulation actuellement considérés sont expliqués ci-dessous:

· à l’aide d’un accord de bridge: lorsqu’il s’agit de sonorités voisines, comme expliqué dans le paragraphe précédent. L’idée est de partir d’un accord commun aux deux tonalités, puis d’exécuter une cadence à résoudre dans la destination désirée. Le cas le plus simple, c’est-à-dire celui pour lequel aucune altération n’est nécessaire, est de passer d’une tonalité à sa relative mineure ou majeure, telle que do majeur en la mineur.

D’autre part, le plus complexe est modulable jusqu’ à une tonalité qui ne partage qu’un seul accord avec l’original. par le chromatisme: il consiste à partir d’un accord de la tonalité principale et à modifier une note chromatique d’une manière chromatique (haut ou bas demi-ton) pour la convertir en un accord d’une nouvelle tonalité, qui n’est pas liée à la première.

Si, par exemple, vous voulez passer de do majeur à sol mineur (il faut préciser que l’accord sol majeur avec sa septième mineure est le do majeur dominant, ce qui signifie qu’il occupe un rôle essentiel dans cette tonalité, puisqu’il y a beaucoup de tension entre celui-ci et do majeur, le tonique), il est possible de prendre un sol majeur et de convertir ensuite le si naturel (également appelé « si ») en si bémol. Harmonique: obtenu lorsqu’une ou plusieurs notes d’un accord sont modifiées sous la forme d’une ou plusieurs notes, même si elles produisent toujours les mêmes sons. Un exemple pratique est d’écrire soleil soutenu comme l’appartement qui, en laissant de côté les perceptions particulières de certains musiciens à cordes, devrait produire la même quantité de vibrations, de sorte que l’oreille ne puisse percevoir une différence.

Musicalement, la distance entre deux tonalités impliquées dans ce type de modulation est très grande.

Enfin, la modulation vocale se réfère à l’altération du son avec harmonie et douceur, c’est-à-dire sans qu’il ne dépasse des oreilles de l’auditeur. Le talent vocal et les acteurs doivent pouvoir moduler leur voix en fonction du genre dans lequel ils se trouvent, sans perdre la clarté de l’expression ou l’élégance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *