Miséricorde


Le mot miséricorde est un terme latin qui fait référence à une vertu d’encouragement qui pousse les êtres humains à sympathiser avec la misère des autres. C’est une attitude bienveillante qu’une personne riche peut habituellement manifester à l’égard d’une personne qui a plus de besoins qu’elle, ou d’un sujet qui a été offensé envers son délinquant. Pour le christianisme, la miséricorde est un attribut divin entendu comme synonyme de considération, de bonté et de pardon, que les fidèles demandent à Dieu de faire preuve de miséricorde pour leurs péchés et leur désobéissance. C’est un terme profondément lié aux préceptes chrétiens, présent dans de nombreux passages de la Bible et dans les chants liturgiques, ainsi que dans les noms des monuments et des cathédrales. Selon les paroles de Jésus, l’homme doit être miséricordieux envers ceux qui l’entourent s’il veut être traité de la même manière.

Parmi les concepts qui expriment des idées opposées, on trouve la rancoeur, la vengeance et le mépris, entre autres attitudes et sentiments négatifs. Il est important de souligner que la miséricorde peut s’exprimer de diverses manières, matériellement et spirituellement; en d’autres termes, offrir de la nourriture, un abri ou des vêtements aux nécessiteux est une œuvre de miséricorde, tout comme c’est pour enseigner à ceux qui n’ont pas accès à l’éducation scolaire, pour réconforter une personne affligée ou pour pardonner les erreurs des autres. D’autres actions qui répondent à cette attitude, bien que peut-être moins évidentes, sont les prières et l’enterrement du défunt.

Il y a souvent l’erreur de confondre miséricorde et pitié, même s’il s’agit de deux concepts très différents.

Se sentir désolé pour une autre personne n’est pas une attitude de personnalité persistante, mais une sensation passagère; de plus, elle n’entraîne pas une action bienveillante pour mettre fin aux problèmes des autres, mais plutôt elle reste dans la réflexion sur eux.

D’autres usages du terme miséricorde sont liés à une pièce présente dans les sièges des choeurs des églises qui permettent un repos déguisé et au couteau utilisé par les chevaliers du Moyen Âge pour tuer leurs ennemis. Divine Miséricorde Divine Miséricorde Divine Miséricorde Divine La Miséricorde Divine est en principe la dévotion que les chrétiens ressentent pour la miséricorde de Dieu, confiant qu’Il s’est sacrifié Lui-même pour les péchés de Ses disciples. Par cette dédicace, l’Église assure aux fidèles que leurs fautes seront pardonnées par Jésus, non pas par un jugement, mais comme un geste qui symbolise le salut. Il s’agit aussi du style de vie proposé par le christianisme, exprimé à travers des actions intérieures (comme la foi en Dieu et dans ses promesses) et des actions extérieures: le culte des symboles religieux, la répétition de certaines prières (comme la soi-disant couronne), des actes de miséricorde et de compassion pour les autres et la réalisation de certaines célébrations (comme la fête de la Divine Miséricorde).

En cette fête, qui fait partie de la liste des célébrations liturgiques déclarées officielles par l’Église catholique, elle est célébrée le dimanche après Pâques et rappelle la promesse que Jésus a faite à sainte Faustine Kowalska, religieuse d’origine polonaise, de faire miséricorde à elle.

Le même jour, il a assuré qu’il pardonnerait à tous les pécheurs qui avaient choisi de s’approcher de lui pour la confession et la communion. Cette dévotion chrétienne est basée sur les expériences de Faustine, qu’elle a reflétées dans son journal intime. Ce sont des récits de leurs rencontres avec Jésus, dans lesquels ils ont parlé de thèmes très profonds et révélateurs.

Ses pages ont été sauvées et propagées à la suite des divers événements d’exil survenus au milieu de la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *