Mercantilisme


Déterminer l’origine étymologique du terme mercantilisme est la première chose que nous allons faire, avant d’entrer pleinement dans l’analyse de son sens. En particulier, il faudrait dire que c’est un mot qui vient du latin, et plus précisément il est le résultat de la somme des composantes latines suivantes: « mercari », qui est synonyme de « comerciociar »; »-il », qui vient indiquer une « qualité », et le suffixe « -ismo », qui est équivalent au « sistema ». Le mercantilisme est un système économique basé sur le développement du commerce et de l’exportation. Ses doctrines se sont développées entre le XVIe et le XVIIIe siècle en Europe. Pour l’établissement du mercantilisme, il faut un État fort capable de prendre les mesures nécessaires pour réguler l’économie. La prospérité de chaque pays était considérée comme liée à son capital accumulé, lui-même représenté par l’accumulation de métaux précieux détenus par l’État.

Les théoriciens mercantilistes ont fait valoir que ce capital pourrait être augmenté à partir d’une balance commerciale positive, c’est-à-dire avec un niveau d’exportation qui dépasse le niveau des importations. Cela signifiait un gouvernement qui devait mettre en œuvre des politiques protectionnistes, protéger la production intérieure par des droits de douane à l’importation et favoriser les exportations. Tout cela explique pourquoi l’État devrait avoir une position forte dans l’établissement du mercantilisme. Dans le cas contraire, la mise en place de barrières tarifaires et l’adoption de politiques protectionnistes ne seraient pas possibles en général.

En particulier, à cause de tout ce qui précède, nous pouvons établir que ce sont là les piliers sur lesquels le mercantilisme était fondé: -.

L’économie doit être régulée à tout moment par l’Etat. La richesse d’un pays est déterminée par la quantité d’or et d’argent qu’il possède à l’intérieur de ses frontières. Deux choses sont nécessaires pour pouvoir accumuler plus d’argent et plus d’or: diminuer les importations et augmenter les exportations. Ce dernier, par contre, devrait être encouragé en encourageant la fabrication. Il est essentiel que dans le pays concerné, des sociétés soient créées qui dépendent de l’État pour améliorer les échanges commerciaux.

Beaucoup sont les personnages qui ont défendu et défendu le mercantilisme. Mais parmi eux, le Français Jean-Baptiste Colbert se distingue.

Il a été ministre du Roi Louis XIV et s’est distingué pour la réalisation d’actions telles que la restauration des anciennes manufactures et l’octroi de monopoles, la promotion du canal du Languedoc, l’amélioration des infrastructures de communication telles que les routes et la construction de nouvelles routes pour promouvoir le commerce.

Le mercantilisme a connu son apogée, bien qu’il ait également reçu beaucoup de critiques.

Plusieurs théoriciens ont fait remarquer que le mercantilisme ne tenait pas compte des avantages concurrentiels de chaque pays (chaque nation a des conditions naturelles qui lui permettent d’obtenir certains produits avec moins de ressources, qu’elle peut exporter pour en importer d’autres) et que, si seulement la richesse sous forme de métaux précieux s’accumulait, son offre augmenterait et donc son prix diminuerait. Dans le langage courant, par contre, le mercantilisme est connu sous le nom de mercantilisme pour l’esprit mercantile qui s’applique à des choses qui, en théorie, ne devraient pas être susceptibles d’être commercialisées. Par exemple: « Je ne comprends pas le mercantilisme dans les relations affectives ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *