Local


Du latin localis, l’adjectif localis renvoie à ce qui appartient à un lieu, un territoire, une région ou un pays ou s’ y rapporte. Elle peut aussi désigner le niveau municipal ou provincial comme quelque chose d’opposé au niveau national (« L’administration locale a demandé plus de financement au gouvernement national ») et à ce qui ne touche qu’une partie de l’organisme (« L’opération nécessite une anesthésie locale »). L’administration locale, par exemple, est un type d’organisation territoriale dont la compétence est limitée à une région donnée et qui agit sur une municipalité, tandis que l’administration communale est responsable de la gestion d’une commune. D’autre part, un lieu est un lieu fermé et couvert. Dans des pays comme l’Argentine, le terme local est utilisé pour désigner l’espace physique où un magasin est installé qui offre des produits ou des services au public, c’est-à-dire un magasin ou une entreprise: « Ma tante a installé un magasin de vêtements dans le centre », « Jorge a dû fermer l’entreprise parce qu’il a augmenté le loyer des locaux », « Cet endroit est très petit, il ne sera pas utile pour notre entreprise ». Une localité est une division administrative et territoriale. C’est une petite division qui, dans la structure d’un pays, appartient habituellement à une province, un département ou un état. En général, ils ont un petit nombre de citoyens, qui se connaissent souvent et accomplissent des tâches similaires, qui varient d’une région à l’autre en fonction des ressources disponibles.

Un localisme ou régionalisme est une expression ou un mot dont l’usage est limité à une région particulière; en dehors de cette région, le terme perd son sens ou, du moins, ne semble pas familier.

Il existe différents localismes qui séparent la langue espagnole parlée en Espagne de celle parlée en Amérique latine, tels que l’ordinateur/ordinateur, mobile/cellulaire ou jus/jus.

Dans le même sens, le terme « médias locaux » est utilisé pour désigner les médias locaux, le journal, la radio et la télévision, qui couvriront d’abord les informations et les nouvelles caractéristiques liées à la radio de cette localité et donneront la préférence aux problèmes et aux besoins de ses citoyens. La rivalité est quelque chose d’intrinsèque à l’être humain, il y a toujours des raisons ou surgissent entre deux groupes pour se détester ou même se faire du mal. Le sentiment d’appartenance à un lieu ou à une idéologie est si fort dans certains cas qu’il se traduit souvent par un mépris de ce qui vient de l’extérieur, que ce soit d’une autre localité ou d’un autre pays.

Ces attitudes sont souvent celles qui, tôt ou tard, conduisent à des bagarres sérieuses qui peuvent, dans de nombreux cas, aboutir à la mort d’une ou de plusieurs personnes. Par exemple, parmi les habitants de deux villes ou régions différentes, il y a une aversion manifeste qui les pousse à se battre dans l’espace public, à s’insulter et, dans de nombreux cas, à s’agresser physiquement. De même, les supporters de football, quand leur équipe joue dans leurs stades (local) ils insultent souvent et dans de nombreux cas attaquent ceux qui viennent acclamer l’équipe adverse (équipe invitée). La chose la plus frappante dans ce type de combat de fans de football est que les équipes les plus mal loties sont celles du même quartier, voir Racing et Independiente, tous deux d’Avellaneda, ou Gimnasia y Estudiantes de La Plata, dans la ville de La Plata.

Cette haine, si répandue parmi les citoyens de différentes régions ou idéologies, se nourrit de plaisanteries et de commentaires burlesques qui font la promotion que cette rivalité ne cesse pas, mais qu’elle se perpétue et se transmet de génération en génération entre les habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *