Les étriers


Les étriers sont des éléments en métal, en cuir ou en bois qui permettent au cavalier de supporter ses pieds. Ces pièces sont attachées à la selle au moyen d’une corde appelée cordon d’action.

Lors de la conduite, le cavalier met ses pieds dans les étriers pour se fixer. De cette façon, vous pouvez rester sur le cheval et le monter confortablement et en toute sécurité.

Les étriers primitifs ont émergé des siècles avant le Christ en Inde, quand ils étaient des morceaux de corde pour attacher le gros orteil. Plus tard, en Chine, ils se sont adaptés pour s’adapter aux chaussures. Une marche est aussi appelée étrier si elle est utilisée pour monter ou descendre d’un chariot. Les étriers, par contre, apparaissent sur les véhicules à moteur : il s’agit du secteur d’une moto que le conducteur utilise pour soutenir ses pieds et de la marche qui facilite l’accès à un collectif (bus ou bus) ou à un camion. Dans le domaine de l’ingénierie, un étrier est la zone d’un pont qui transmet le poids à la fondation et supporte la charge sur le tablier. Le support relie également la structure en question aux routes d’accès. Pour l’anatomie, l’étrier est un petit os que l’on trouve dans la région de l’oreille moyenne des mammifères. C’est l’un des petits os de la boîte tympanique, s’articulant avec l’enclume et la membrane connue sous le nom de fenêtre ovale.

Dans le langage familier, enfin, l’idée de « perdre son sang-froid » est associée à la perte de contrôle.

Par exemple : « Le joueur de tennis a perdu son sang-froid et a essayé de battre le juge », « Nous ne devons pas perdre notre sang-froid si les choses ne vont pas comme nous », « Un président ne peut en aucun cas perdre son sang-froid ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *