Les dépenses publiques


C’est ce qu’on appelle dépenser l’acte de dépenser: utiliser l’argent pour quelque chose. Le terme peut aussi désigner le montant dépensé. Par contre, le public, c’est ce qui appartient à l’État ou à tous. La notion de dépense publique renvoie donc à la dépense économique d’une administration publique. L’État alloue des fonds pour l’achat de biens, la passation de marchés et la prestation de services et l’octroi de subventions, par exemple. L’argent impliqué dans ces transactions fait partie des dépenses publiques. Au niveau général, on peut dire que les dépenses publiques sont utilisées pour répondre aux besoins de la société et permettre le fonctionnement de l’appareil d’État. Bien que l’État dépense l’argent à ces fins, il le reçoit par le biais d’impôts et d’autres opérations. Lorsque les dépenses publiques dépassent les recettes publiques, on parle de déficit public ou de déficit budgétaire. Dans ces situations, plus d’argent sort des comptes de l’État qu’il n’en rentre, ce qui peut poser problème. En tout état de cause, il convient de garder à l’esprit que, contrairement aux sociétés, l’objectif d’un État n’est pas de réaliser des bénéfices. Les dépenses de consommation ou dépenses courantes (argent utilisé pour fournir des services publics, acheter des biens et des services et payer les salaires des fonctionnaires), les dépenses de transfert (argent donné aux familles et aux entreprises ayant besoin d’assistance), les dépenses de sécurité sociale (retraite, pensions, etc) et les dépenses d’investissement (infrastructures) constituent les dépenses publiques.

Le pouvoir exécutif dispose d’un budget qui doit être approuvé par le pouvoir législatif pour faire face à ces dépenses et, en même temps, il doit rendre des comptes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *