L’électronégativité


L’électronégativité est la capacité d’un atome à attirer les électrons vers lui-même lorsqu’il est combiné à un autre atome dans une liaison chimique. Plus l’électronégativité est élevée, plus la capacité d’attraction est grande. Cette tendance des atomes est liée à leur électro-affinité et à leur potentiel d’ionisation. Les atomes les plus électronégatifs sont ceux qui ont une affinité électronique négative et un potentiel d’ionisation élevé, ce qui leur permet de préserver leurs électrons contre l’attraction extérieure et, à leur tour, d’attirer les électrons des autres atomes vers eux-mêmes. Les valeurs de l’électronégativité sont basées sur des données thermochimiques.

L’échelle la plus connue a été proposée par le chimiste américain Linus Pauling (1901-1994), prix Nobel de chimie en 1954. Sur l’échelle de Pauling, l’élément ayant la plus faible électronégativité est le césium à 0,7, tandis que l’élément ayant la plus forte électronégativité est le fluor à 4. Lorsque deux atomes sont réunis ensemble, dont les électronégativités sont très différentes l’une de l’autre, une liaison ionique est établie. D’autre part, lorsque les atomes présentent des électronégativités similaires, une liaison polaire covalente se forme, l’atome le plus électronégatif restant avec la charge négative. Il est à noter que l’électronégativité n’est pas une propriété atomique en ce sens qu’elle varie selon le contexte: elle dépend de l’atome dans une molécule. En revanche, l’affinité électrique ou électronique est associée à un atome isolé (c’est l’énergie libérée par un atome à son niveau d’énergie le plus bas lorsqu’il prend un électron et établit un ion mononégatif).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *