L’agriculture familiale


L’agriculture est la tâche de labourer et de cultiver la terre. Grâce à ces activités, nous obtenons de la nourriture et diverses matières premières qui nous permettent de développer toutes sortes de produits nécessaires à l’être humain. La famille, d’autre part, est celle qui est liée à la famille (le groupe de personnes qui sont liées).

L’agriculture familiale est le travail agricole effectué par les membres d’une famille.

Ce type d’agriculture implique l’utilisation de la main d’œuvre familiale : c’est-à-dire que ceux qui exécutent les tâches sont les membres du noyau familial, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes. Outre la production agricole elle-même, les activités couvertes par ce concept comprennent également l’aquaculture, la pastorale, la pêche et la production forestière. Selon plusieurs études, l’agriculture familiale est souvent la forme prédominante de production alimentaire, et cela est vrai dans la même mesure dans les pays en développement et dans les pays développés, ce qui témoigne de son efficacité en tant que soutien économique.

Les familles travaillent la terre ensemble pour offrir leurs produits aux grossistes, aux distributeurs ou même directement au consommateur. Cela fait de l’agriculture familiale un moyen de subsistance pour des millions de personnes qui concentrent leur économie sur l’agriculture.

Compte tenu de cette pertinence sociale, l’État doit réglementer les conditions liées au développement de l’agriculture familiale. Il est impératif que les autorités gouvernementales garantissent l’accès à la terre et aux marchés, facilitent le financement pour améliorer la productivité et protègent l’environnement afin de prévenir la perte des ressources naturelles. Le gouvernement doit également permettre aux groupes de personnes qui souhaitent se consacrer à l’agriculture familiale d’avoir accès à des ressources naturelles complémentaires pour effectuer des tâches d’ensemencement et de récolte, entre autres, mais aussi au financement de services pour démarrer et maintenir leur entreprise, à la technologie nécessaire au travail et à toute plateforme éducative ou d’insertion sociale qui améliore leur relation avec le reste de la population, de sorte que choisir cette voie ne signifie pas s’isoler du reste de la société mais devenir un acteur déterminant dans leur économie. Il est important de noter que dans certains pays, l’État ne soutient pas les entrepreneurs agricoles familiaux comme il le devrait, avec l’attention et les ressources qu’il consacre à des entreprises plus traditionnelles ou à plus grande échelle, ce qui peut avoir des conséquences fatales dans des situations telles que les inondations ou les incendies, tant sur les terres privées que sur les terres adjacentes, car une catastrophe naturelle peut affecter les conditions foncières et modifier d’autres facteurs, tels que le vent, de manière négative.

Le développement de l’agriculture familiale contribue à la lutte contre la faim car ces pratiques permettent aux populations de survivre.

Au fur et à mesure que l’agriculture familiale se développe, la situation socio-économique des familles s’améliore.

Mais elle a aussi un impact positif sur les niveaux culturel, environnemental et socio-économique en général. L’impact de l’agriculture familiale sur le marché est tel que l’Organisation des Nations Unies elle-même a déclaré 2014 Année internationale de l’agriculture familiale, dans le but de rendre cette forme d’économie plus visible et de faire prendre conscience de son importance dans des questions telles que la pauvreté, la malnutrition et l’insécurité alimentaire, mais aussi de continuer à travailler vers des objectifs tels que la protection et la gestion des ressources naturelles et de l’environnement, et le développement de techniques agricoles durables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *