L’accouplement


L’accouplement est l’acte et le résultat de l’accouplement, un verbe qui peut se référer à différentes questions : réunir des mâles et des femelles pour avoir des descendants, assembler deux éléments pour former une paire, ou disposer des objets différents pour qu’ils soient les mêmes. Si l’on se concentre sur le domaine de la biologie, la notion d’accouplement englobe les comportements et les actions que deux spécimens de sexe différent réalisent pour le développement de la procréation. L’accouplement, dans ce contexte, se termine par la copulation. Il est important de noter qu’avant d’atteindre cette dernière étape, qui consiste en l’action que le mâle effectue pour inséminer la femelle, ce qui est habituellement décrit avec le terme pénétration, l’accouplement est un ensemble plus large, dans lequel nous trouvons aussi les différentes formes de parade nuptiale.

La courtoisie est un processus qui commence par la sélection d’un individu dans le but de maintenir des relations intimes avec lui, et le comportement qui en résulte pour l’attirer.

Bien que ce terme soit maintenant utilisé surtout pour désigner les espèces animales, il est également utilisé par les humains. Les espèces animales, pour se reproduire, se développent naturellement. Cependant, dans certains cas, l’homme intervient dans la reproduction et laisse de côté cet accouplement. Cela se produit lorsque l’insémination artificielle du bétail, par exemple, est utilisée. Dans ces cas, les animaux ne s’accouplent pas pour donner naissance. Il est connu sous le nom de système d’accouplement à la structuration des comportements sexuels. Les liens peuvent se produire dans le cadre de la monogamie ou de la polygamie, selon les espèces. Dans le cas de l’être humain, le système d’accouplement est très large parce qu’il existe de multiples types de relations.

Les humains ont aussi souvent des rapports sexuels sans but reproductif.

L’idée de l’accouplement apparaît également dans d’autres contextes qui ne sont pas liés à la sexualité. L’appariement des bases est une interaction établie par les bases azotées qui permet l’hybridation de l’acide ribonucléique (ARN) et de l’acide désoxyribonucléique (ADN). Afin de parvenir à l’émergence de ces formes repliées ou hybrides d’acides nucléiques, il est nécessaire que certaines régions bien définies interagissent. Les scientifiques bien connus Francis Harry Compton Crick et James Dewey Watson, d’Angleterre et des États-Unis respectivement, ont modélisé un modèle d’accouplement dans lequel l’interaction entre la guanine et la cytosine, l’adénine et la thymine peut être appréciée, résultant dans la structure en double hélice de l’acide désoxyribonucléique. Une autre chose qui découle de la nature complémentaire d’un tel accouplement est le mécanisme de transcription et de réplication, deux processus fondamentaux pour le traitement et le transfert de l’information génétique. Ce phénomène peut être intramoléculaire ou intermoléculaire ; par exemple, les ARN monocaténaire sont appariés intramoléculairement entre les parties d’un seul brin qui se complètent, tandis que les bases d’un brin d’ADN sont appariés intramoléculairement avec celles du brin complémentaire. Les interactions que l’on peut observer lors de l’appariement des bases sont régies par des liaisons hydrogène. La stabilité ne peut être atteinte que si les paires ont un degré adéquat de correspondance géométrique. Au cours des décennies qui ont suivi la première observation de l’accouplement de base, les scientifiques ont découvert plusieurs types ; en plus de ceux mentionnés ci-dessus, Watson et Crick, Wobble, Hoogsteen, et celui donné avec du sucre trans ou orienté cis se distinguent. En théorie des graphes, l’accouplement est le groupe de bords qui n’ont pas de sommets partagés dans un graphique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *