La coercition


De contrainte latine, la coercition est une pression exercée sur une personne pour forcer une conduite ou un changement dans son testament. La coercition est donc associée à la répression, à la restriction ou à l’inhibition. Par exemple: « La présence de la police a agi comme une coercition pour les manifestants », « La coercition a porté ses fruits et la partie lésée a renoncé à dénoncer l’affaire », « Si le garçon ne veut pas comprendre les raisons, nous devrons trouver une méthode de coercition ». La coercition est habituellement fondée sur la menace de violence (physique ou autre) pour conditionner le comportement d’une personne. Supposons qu’un adolescent soit maltraité par la police et qu’il soit sur le point de porter plainte devant les tribunaux. Quand il quitte sa maison, il trouve une voiture de patrouille devant la porte. Il arrive au coin de sa maison et un officier demande ses papiers.

Après quelques minutes, il vous permet de vous mettre en route.

Avant d’aller au tribunal, il reçoit un appel téléphonique, mais quand il répond, il n’entend qu’une sirène de police. Tous ces faits peuvent constituer une contrainte pour empêcher le garçon de les signaler. On dit souvent que la législation fonctionne sous la contrainte, car la menace de sanctions signifie que les gens ne commettent pas d’actes illégaux de peur des conséquences négatives imposées par la loi. En ce sens, si une personne qui voit une femme négliger son sac à main a l’intention de le voler, elle peut décider de ne pas le faire après avoir pensé que si elle est prise, elle ira sûrement en prison.

Coercition juridique La coercition légale s’exerce dans l’État de droit, par l’imposition de sanctions qui s’appliquent dans le cas où les citoyens ne respectent pas un ensemble de règles, qui sont limitées par des interdictions. En d’autres termes, pour pouvoir considérer une règle comme étant légale, il faut une procuration coercitive qui l’accompagne, ce qui implique le recours à la force pour contrecarrer une violation potentielle. Le code pénal établit une liste de comportements (en dehors des limites des règles) pour lesquels une sanction doit être imposée.

La coercition internationale La coercition pacifique se produit souvent au niveau international et prend la forme d’une menace de sanction, qui peut être de nature économique ou diplomatique. Il convient de mentionner que la menace du recours à la force (intervention de guerre) est expressément interdite par le droit international contemporain. Bien qu’Internet soit une ressource inestimable pour l’éducation et la communication, il est également utilisé comme moyen de harcèlement en raison de l’utilisation inappropriée des systèmes de messagerie (chat, courriel, messagerie texte par téléphone mobile) et de sites tels que les blogs et les photologistes, entre autres, dans le but d’exposer les autres et de les humilier publiquement. C’est un jeu de pouvoir dangereux, qui peut ruiner la vie de quelqu’un pour en faire passer un autre. Lorsqu’il est utilisé sous la contrainte, le Web devient un univers menaçant, qui peut exposer notre vie privée, nos coordonnées bancaires, l’adresse de notre domicile, et nous mettre en danger ou nous humilier publiquement devant le monde entier en quelques minutes.

Selon le point de vue, on peut dire que les corporations capitalistes ont le pouvoir d’agir par la coercition pour contrôler des ressources telles que le logement, l’eau et la nourriture qui sont vitales pour les êtres humains, comme c’est le cas avec l’économie hydraulique. Certains soulignent que dans un marché ouvert et non réglementé, la coercition n’ a pas sa place, puisque la liberté d’entrée dont jouissent les concurrents réduit à néant la possibilité de menaces et d’un monopole potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *