La co-dominance


Les données génétiques sont appelées génotype lorsque, selon leur composition allélicienne, un organisme donné a un organisme donné dans son acide désoxyribonucléique (ADN). L’allélice, quant à elle, provient de l’allèle: toute autre forme alternative qui peut adopter le même gène selon sa séquence, qui se trouve au même endroit sur les chromosomes homologues.

La co-dominance est une situation qui se produit lorsque deux allèles distincts sont dans le génotype et que les deux sont exprimés. Dans cet état, l’expression des deux allèles dérive d’un phénotype (la manifestation du génotype qui varie selon l’environnement) avec les caractéristiques des deux. Avec la codominance, l’expression d’un gène dans un organisme hétérozygote est donc équivalente à celle de son homologue.

Les gènes hétérozygotiques présentent donc les deux allèles d’un même gène par rapport à un certain caractère. Dans le cas d’une dominance incomplète, les deux allèles sont également exprimés mais dans un génotype avec des caractères intermédiaires. On peut dire que, dans l’hétérozygote, il y a deux allèles qui s’expriment mais ne s’unissent pas. Supposons que nous croisions avec la codominance de deux espèces de chevaux: l’une noire et l’autre brune. Le résultat du croisement sera un cheval avec des taches noires et brunes car les deux allèles co-dominants sont exprimés simultanément. De même, une fleur jaune A et une fleur bleue B, dans un croisement à dominance croisée, permettront la création d’une fleur AB dont la couleur sera jaune à taches bleues: les deux caractères codominants sont exprimés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *