Humidité


Le mot humidité, qui vient du latin humid? tas, nous permet de mettre en évidence l’état humide (c’est-à-dire qu’il fait partie de la nature de l’eau ou qu’il s’avère être imprégné avec elle ou avec un autre liquide). L’humidité peut donc être associée à de l’eau qui adhère à un objet ou qui est vaporisée et combinée avec de l’air.

Par exemple: « Regardez comment l’humidité a adhéré à la vitre », « Le service météo a averti que l’humidité ambiante est supérieure à 90 % à ce moment-là », « J’ai de l’humidité sur les murs, donc je vais devoir mettre en place un traitement ». L’humidité ambiante, selon la même expression, est associée au niveau de vapeur d’eau présent dans l’air. Il est possible d’exprimer cette quantité en humidité absolue ou relative.

Dans ce dernier cas, il est indiqué quel pourcentage de la vapeur d’eau se trouve dans l’air dans les conditions actuelles.

Si l’on dit que l’humidité relative est de 90%, cela se rapporte au fait que, de la vapeur d’eau totale que l’on peut trouver dans l’air à la température actuelle, il y a 90%.

Il est important de noter que le phénomène de l’humidité peut devenir un problème majeur au sein des ménages. Lorsqu’il y a un niveau élevé d’humidité dans l’environnement, la moisissure peut se développer sur les murs et le plafond, ce qui pose un risque pour la santé. L’humidité ambiante peut également endommager les meubles et les appareils électroménagers. Si, en raison d’une fuite ou d’une filtration, le mur absorbe de l’humidité, nous verrons comment une tache se développe et la peinture se détache. L’importance de l’humidité dans le sol pour le semis Lors de la décision de semer en grandes ou petites quantités, il est extrêmement important de tenir compte des propriétés du sol et, en particulier, de son humidité. Cela permettra aux plantes de pousser en bonne santé et de produire des fruits de bonne qualité. Pour que leur travail soit de plus en plus fructueux, les agriculteurs prennent des précautions pour éviter que leurs récoltes ne soient mal moissonnées, dont l’une consiste à maintenir l’humidité du sol en période de sécheresse. Il est important de noter qu’une certaine connaissance de la gestion des sols est fondamentale pour obtenir des rendements satisfaisants.

L’une de ces techniques consiste à utiliser le chaume dans les semis neufs; ainsi, en cas de sécheresse, le sol conservera l’excès d’humidité de la culture précédente, répondant ainsi aux besoins des plantes nouvelles.

De plus, ces plantes, qui seront dispersées à la surface, réduiront la sédimentation du sol en ralentissant les dommages que l’eau causerait en tombant sur le sol.

D’autre part, en se décomposant, ils offriront une quantité importante de matières organiques qui contribueront positivement aux caractéristiques du sol, le rendant plus fertile et améliorant la qualité des cultures. L’humidité du sol est l’un des éléments fondamentaux de la culture de toute espèce végétale; c’est pourquoi l’adoption de mesures visant à préserver ces propriétés du champ pourrait contribuer à améliorer considérablement la rentabilité des cultures.

Il est également important de noter que, selon l’espèce à planter, la quantité d’humidité dans le sol requise sera différente. C’est ainsi que si vous voulez faire pousser du maïs, cette humidité doit être élevée, surtout pendant le premier quart de la vie de la plante, alors que si vous voulez semer du blé, vous pouvez avoir moins d’humidité. Cela ne veut pas dire clairement que ces plantes peuvent croire en un territoire où l’eau est rare, mais simplement qu’elles ont besoin de moins d’eau que le maïs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *