Horloge biologique


Une horloge est un appareil qui permet de mesurer le temps. Biologique, d’autre part, est celui qui est lié à la biologie (la science qui étudie les caractéristiques et les propriétés des organismes vivants).

Une horloge biologique est le mécanisme interne d’un être vivant qui lui permet d’avoir une orientation temporelle. Ce n’est pas, bien sûr, une machine qui montre les heures et les minutes, mais un ensemble de fonctions organiques liées au rythme de vie.

L’horloge biologique nous fait commencer à avoir faim à l’approche de midi, car elle anticipe que l’heure du déjeuner viendra. La même chose se produit à la tombée de la nuit, quand on commence à s’endormir.

L’horloge biologique permet de trier temporairement les différentes activités biologiques. Cet ordre implique le développement de cycles (qui nous donnent faim ou sommeil, par exemple, toutes les quelques heures). Les sécrétions glandulaires, la régulation de la température corporelle et même le fonctionnement du cœur et du cerveau, entre autres organes, dépendent de l’horloge biologique. Différentes décisions et activités que nous développons peuvent provoquer des changements dans l’horloge biologique, engendrant différents types de déséquilibres.

Les personnes qui ne maintiennent pas un horaire d’alimentation régulier ou celles qui vivent la nuit et dorment le jour éprouvent divers désagréments dus à la modification de leur horloge biologique: fatigue chronique, manque d’appétit, dépression, etc Cela aide à optimiser le fonctionnement du corps.

Selon des études de certains experts, le manque de sommeil peut même contribuer à des maladies telles que le cancer, le diabète de type II, l’obésité, les complications cardiaques et diverses infections.

Bien qu’il ne soit pas possible de créer un tableau universel pour connaître le fonctionnement de l’organisme toutes les heures, il existe des approximations d’une certaine validité qui servent à en apprendre un peu plus sur notre horloge biologique.

Examinons quelques-uns des changements d’état qu’un être humain subit habituellement tout au long d’une journée entière:

· entre 6 h et 8 h 59. Cette période est le moment idéal pour sortir du lit.

Pour l’homme, c’est le moment où sa testostérone atteint son niveau maximal. D’autre part, c’est le moment où le cœur est le plus exposé aux arrêts cardiaques, puisque ses vaisseaux sont plus rigides et moins flexibles que le reste de la journée, la tension artérielle est à son maximum et le sang est très épais

· ;

· entre 9 h et 11 h 59. Dans cette gamme, notre mémoire à court terme fonctionne mieux que jamais et notre cerveau est capable de traiter l’information avec une intensité particulière. Il reçoit un stimulus d’attention particulier, car le cortisol (l’hormone du stress) est à son apogée

· ;

· entre 12 h et 14 h 59. Manger dans cette partie de la journée est normal, donc l’activité gastrique augmente, les niveaux d’alerte diminuent et les statistiques montrent le pourcentage le plus élevé d’accidents de la route

· entre 15 h et 17 h 59.

Le cœur et les poumons fonctionnent mieux que le reste de la journée, et c’est un moment idéal pour les activités physiques, comme l’exercice

· ;

· entre 18 h et 20 h 59. C’est le moment idéal pour dîner, mais ce n’est pas le bon moment pour en faire trop, car cela peut augmenter les risques de diabète et d’obésité.

C’est aussi le bon moment de la journée pour développer une pensée intuitive et, compte tenu des particularités de l’horloge biologique, pour que notre foie métabolise l’alcool

· ;

· entre 9h et 23h59. La température interne du corps baisse et nous commençons à produire de la mélatonine, une hormone qui nous aide à nous endormir

· ;

· entre 12 h et 2 h 59 du matin. Mélatonine: Les niveaux d’attention et de vigilance sont maintenus au minimum, tandis que la mélatonine atteint son maximum. D’autre part, le cerveau commence à consolider nos mémoires et à se débarrasser du superflu

· ;

· entre 3 h et 5 h 59 du matin. Nous avons une température corporelle basse et sommes particulièrement sensibles aux crises d’asthme et aux accouchements naturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *