Haltérophilie


Le concept d’haltérophilie fait référence à la discipline olympique de l’haltérophilie. La barre de métal que l’athlète doit soulever, qui a des disques ou des balles à ses extrémités, est connue sous le nom de haltères.

Appelé communément haltérophilie, l’haltérophilie peut se dérouler de deux manières compétitives : déracinement (l’athlète doit soulever le haltérophile en un seul mouvement ininterrompu du sol au sommet de ses bras) ou deux temps ou redressement (dans ce cas, le mouvement peut être interrompu lorsque le haltérophilie se trouve au niveau de l’épaule). Celui qui peut soulever le plus de poids est le vainqueur de la compétition. Les Jeux Olympiques d’Athènes en 1896 incluaient déjà cette discipline.

L’haltérophilie faisait également partie de Saint Louis 1904. Puis il a été plusieurs éditions sans apparaître dans l’épreuve olympique jusqu’à son retour à Anvers en 1920. Depuis Sydney 2000, il existe une catégorie féminine. Cependant, les origines de l’haltérophilie sont beaucoup plus anciennes. On estime que plusieurs millénaires avant Jésus-Christ, en territoire chinois, des exercices étaient déjà effectués pour démontrer la force physique. Le Milon grec de Crotone, par contre, est souvent considéré comme un pionnier de l’haltérophilie au VIe siècle avant J. -C.

Il convient de noter que la Fédération internationale d’haltérophilie (IWF) a été fondée en 1905.

Cette institution est chargée de décréter et de modifier les règles qui régissent ce sport, ainsi que d’organiser des événements tels que le Championnat du monde d’haltérophilie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *