Grapheme


Un grapheme est l’unité minimale d’écriture qui ne peut être divisée. Dans l’alphabet romain ou latin, qui est celui que nous utilisons dans notre langue, les graphèmes sont les signes diacritiques (tilde, umlauts, etc) et les lettres. On dit souvent qu’un graphème est l’élément minimum qui permet de distinguer deux mots écrits dans une langue (et donc deux significations).

Des termes tels que  » pelle « ,  » lever « ,  » pour  » et  » jambe « , par exemple, sont différenciés dans chaque cas par un graphème (une lettre, dans ce contexte spécifique). Une coche est aussi un graphème pour reconnaître la différence entre deux mots. Une « chaire » (une plate-forme) n’est pas la même chose qu’une « chaire » (une petite pieuvre). Lerapheme est l’élément différenciateur. L’idée de graphème est analogue au concept de phonème : l’unité minimale et indivisible au niveau phonologique. Le phonème fait partie du langage, c’est une abstraction formelle ou mentale du son de la parole. Grapheme, en revanche, appartient au système de représentation graphique du langage.

Un graphème contient généralement un phonème. Cependant, il n’y a pas de correspondance stricte entre l’orthographe et la phonologie.

En espagnol, les graphes et les graphes sont réunis pour représenter un seul phonème : ch.

L’union de deux lettres pour la représentation d’un seul son est connue sous le nom de digraphe. Il est important de noter que dans d’autres alphabets, le lien entre les graphèmes et la phonologie n’est pas aussi étroit.

Dans l’écriture chinoise, il y a de nombreux graphèmes qui ne peuvent pas être interprétés comme des sons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *