Gradation


Le concept de gradation, dérivé du mot latin gradatio, se réfère au développement ou à l’organisation de quelque chose par degrés successifs, soit descendants ou ascendants. Le terme peut également se référer à une quantification ou à une série d’éléments qui sont ordonnés en degrés (c’est-à-dire par valeurs, états ou niveaux). Dans le domaine de la grammaire, la grammaire est liée à l’intensité d’un adjectif. Les adjectifs qualificatifs, par exemple, peuvent avoir un degré superlatif. L’adjectif « pauvre », pour ne citer qu’un seul cas, peut être donné plus d’intensité et un degré superlatif en le rendant « pauvre ».

Il y a donc une gradation puisque l’adjectif peut être plus ou moins intense. Pour la rhétorique, la gradation est l’ordre des expressions ou des mots dans un discours de sorte que, dans le cadre de leur signification, ils descendent ou s’élèvent par degrés pour exprimer quelque chose de moins ou de plus que l’élément précédent. La gradation est liée à la façon dont les éléments sont disposés selon la sémantique, de sorte que les idées sont enchaînés ensemble et génèrent une certaine signification spécifique.

Si quelqu’un écrit « Je me sens satisfait, heureux, plein de plénitude.

« , il aura recours à une gradation ascendante. « J’étais dévasté, triste, anxieux. « , d’autre part, cela reflète une gradation descendante. Dans le domaine de la musique, la gradation est la période harmonique qui, pour accentuer l’expression de l’affection, augmente progressivement.

L’idée de gradation des voyelles, enfin, fait allusion à l’apophonie : le changement du timbre des voyelles par les règles de l’évolution phonétique dans des termes qui ont la même racine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *