Glyphosate


Le glyphosate est un herbicide largement utilisé qui, selon plusieurs études, pourrait être cancérogène pour l’homme. C’est pourquoi son utilisation fait souvent l’objet de débats et de controverses dans divers domaines. Cette substance, appelée N-phosphonométhylglycine selon la nomenclature de l’Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA), est spécifiquement l’ingrédient actif de plusieurs herbicides. Il agit en inhibant une enzyme qui joue un rôle clé dans le développement et la subsistance des plantes. Le glyphosate peut être injecté dans les tiges ou les troncs ou appliqué sur les feuilles.

En inhibant l’enzyme et en affectant la synthèse des acides aminés, la croissance de la plante est stoppée et le spécimen finit par mourir après le flétrissage. La commercialisation du glyphosate a commencé en 1970, lorsque Monsanto a commencé à vendre l’herbicide Roundup. Depuis lors, plus de 8,6 milliards de kilogrammes de glyphosate se sont répandus dans les champs du monde entier, selon les chiffres de Greenpeace.

Actuellement, plus d’une centaine d’herbicides contiennent du glyphosate.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrit le glyphosate comme étant « probablement cancérogène » pour l’homme.

Les agriculteurs et leurs familles peuvent donc être en danger. Mais le glyphosate affecte également le reste de la population et l’environnement, puisque la substance pénètre dans le sol et atteint l’eau, étant présente dans de nombreux aliments.

Malgré les avertissements de l’OMS, Monsanto affirme que le glyphosate présente un « faible risque » pour la santé parce que l’enzyme qu’il inhibe n’est pas présente chez l’homme ou l’animal. En outre, il affirme qu’il existe des recherches qui le définissent comme un produit « pratiquement non toxique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *