Flocons


Le terme flocons, dérivé du mot latin squama, désigne une feuille épidermique ou dermique recouvrant partiellement ou totalement le corps de diverses espèces animales. Les écailles se chevauchent pour isoler et protéger le corps. Les poissons sont des animaux avec des écailles. Dans ce cas, l’origine de ces feuilles aplaties est dermique, survenant dans la couche de mésoderme.

Les caractéristiques des écailles de poisson varient en structure, forme et taille. Le processus de formation des écailles de ces animaux aquatiques commence après la consolidation du mésenchyme, un tissu de l’embryon.

Ensuite, on procède à l’induction de la morphogenèse (lorsque les papilles épidermiques se forment) et enfin à la métamorphose dite tardive. Dans les poissons, on trouve différents types d’écailles. Les écailles cycloïdes (à bords plats) et les écailles de cténoïdes (dentate) recouvrent le corps des pejerreyes, des anguilles et d’autres animaux. Les écailles de stéroïdes, d’autre part, sont divisées en véritables cténoïdes, aubépine et crénades.

Les écailles de ganoïdes peuvent être trouvées par exemple dans les poissons à aube et les esturgeons.

Dans le sarcoptérygium, les écailles cosmoïdes apparaissent.

Les raies et les requins, quant à eux, ont des écailles placoïdes. D’autre part, les reptiles ont aussi des écailles, mais d’origine épidermique et formées par la kératine. Ces écailles contribuent à préserver l’hydratation du corps, favorisent le camouflage, facilitent la locomotion et agissent comme bouclier. Dans le cas des serpents, par exemple, ils minimisent les frottements et réduisent donc la perte d’énergie lors du déplacement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *