Fiera


D’origine étymologique dans le latin ferus, fiera est un terme qui fait généralement référence à un animal sauvage. En ce sens, les animaux sauvages sont des animaux d’espèces qui n’ont pas été domestiqués.

Par exemple : « Ne pas s’éloigner du chemin : cette forêt est pleine de bêtes sauvages », « La bête sauvage a attaqué l’enfant, causant de graves blessures », « Le guide a expliqué que les bêtes sauvages de la forêt essaient de se cacher quand les êtres humains s’approchent ». L’idée est aussi liée à l’agressivité ou à la colère : « Pablo est une bête sauvage depuis qu’il a découvert qu’il devra travailler le week-end », « Quand la police a essayé d’emmener son fils, la femme est devenue folle ».

Une autre utilisation de la notion fait allusion à un individu brutal ou cruel : « Cette bête n’a pas cessé de battre l’enfant jusqu’à ce qu’il prenne sa vie », « Une telle bête devrait passer le reste de sa vie en prison », « Les gardes de sécurité ont eu du mal à maîtriser la bête qui battait trois personnes parce qu’ils portaient le maillot d’une équipe étrangère ». Il est important de mentionner que dans certains contextes, en particulier dans le sport, la féroce est utilisée comme une qualification positive, car le concept est lié à l’intensité, au courage et à l’élan : « Le joueur de tennis argentin était un joueur féroce et a réussi à gagner après s’être remis de cinq points de match contre », « L’attaquant chilien était féroce et a marqué trois buts en vingt minutes », « Bien bien, fiera ! Continuez comme ça.

 » Enfin, Fiero peut mentionner la laideur : « Je ne comprends pas comment une si belle fille a pu épouser un homme si féroce », « Quand elle était petite, elle était féroce, mais avec les années elle est devenue plus belle ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *