Féodalisme


Une forme d’organisation sociale qui était en vigueur au Moyen Âge est appelée féodalisme. Ce système était structuré sur la base de fiefs : un contrat par lequel un seigneur féodal ou un monarque donnait un usufruit ou une terre à un autre individu en échange de divers avantages (tels que l’obligation de fournir un service militaire et de respecter la relation de vassalité). Le féodalisme était donc fondé sur le lien de fidélité et de dépendance que le vassal devait à son maître, et sur la considération accordée par ce dernier. En raison de ses caractéristiques, ce régime impliquait une décentralisation du pouvoir, puisque les nobles qui contrôlaient les châteaux et les fortifications situés dans les zones rurales agissaient comme les autorités les plus proches de la population. Le fief peut être compris comme une unité socio-économique. Le vassal était celui qui travaillait la terre : il pouvait payer au seigneur un montant fixe (en pièces de monnaie ou en nature) ou lui donner une partie de la récolte. Il est important de noter que le vassal n’était pas un esclave, mais un homme libre, au-delà de la subordination évidente à son maître. C’est pourquoi, pour le marxisme, le féodalisme était une condition intermédiaire entre le capitalisme et l’esclavage.

Au-delà de l’aspect économique, le féodalisme impliquait aussi divers rites et institutions. Par une cérémonie connue sous le nom d’hommage, le vassal s’agenouillait et ses mains étaient tenues par le seigneur. Puis le seigneur a inventé le vassal, lui donnant le fief au moyen d’un symbole. Plusieurs causes ont conduit à la fin du féodalisme. L’épuisement des terres, l’apparition d’épidémies et la croissance de la bourgeoisie favorisée par le commerce sont quelques-uns des facteurs qui ont conduit à la chute du régime féodal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *