Exégèse


L’étymologie de l’exégèse nous conduit à la langue grecque : exḗgēsis est un mot qui se traduit par « histoire ». Le terme, qui peut aussi être prononcé avec un accent sur la troisième syllabe (exégèse), fait référence à une disquisition, une élucidation ou une explication.

Le concept d’exégèse est utilisé en référence à l’interprétation critique de certains textes. La personne qui s’engage dans cette activité est connue sous le nom d’exégète. L’exégèse consiste à considérer le texte de façon objective afin d’en extraire le sens. Eisegesis, d’autre part, suppose l’inclusion d’un point de vue subjectif dans l’interprétation qui est faite. Pour réaliser l’exégèse, il faut analyser les mots les plus significatifs et étudier le contexte de la production du texte et le contexte du passage analysé dans le contenu.

Le but du processus est de développer un autre discours dans lequel l’interprétation de l’exégète du texte original est présentée. Habituellement, l’exégèse est orientée vers l’analyse de textes sacrés. C’est pourquoi elle est liée à des religions telles que le christianisme, le judaïsme et l’islam. Cependant, il est également développé avec des textes légaux. Il convient de noter que, par sa définition même, l’exégèse peut être utilisée comme synonyme d’herméneutique.

Selon l’académie de langue, l’herméneutique est l’art d’interpréter des textes, c’est donc une notion équivalente à l’idée d’exégèse.

Bien que chaque spécialiste ait ses propres réflexions sur le sujet, on peut soutenir que l’exégèse, dans un sens général, exige de comprendre un texte dans son contexte historique et de prendre sa signification en termes actuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *