Exagération


Le mot latin exaggeratio est venu à l’espagnol comme une exagération : l’acte et la conséquence de l’exagération. Ce verbe (exagéré), d’autre part, fait référence à la surcharge ou à l’agrandissement de quelque chose, lui donnant une taille excessive ou une magnitude qui n’est pas la vraie.

Le terme se réfère également à ce qui dépasse les limites de la raison ou de la vérité.

Par exemple : « Commander cinq grandes pizzas pour trois personnes est une exagération », « Parler d’une crise sociale me semble être une exagération », « Le fonctionnaire a assuré que la restauration du bâtiment coûtera plus d’un demi-million de pesos, mais les analystes affirment que ce chiffre est une exagération ». Lorsqu’une personne raconte une histoire en ajoutant des détails ou en amplifiant certaines questions, elle exagère. Supposons qu’un jeune homme décrit un but qu’il a marqué à ses amis.

Le garçon en question a échappé à deux adversaires avant de marquer, mais dans son récit, il prétend avoir esquivé cinq défenseurs et défini avec le dos au but, en tombant.

Ces détails sont une exagération.

Il y a certaines exagérations qui ne sont pas très pertinentes, comme l’exagération du footballeur qui détaille comment il a marqué un but. D’autres, cependant, sont graves : une ONG ne peut exagérer le montant d’argent nécessaire pour aider une famille dans une situation particulière, pour ne citer qu’un seul cas, parce qu’une telle exagération serait une arnaque si le montant recueilli était supérieur à ce qui était réellement nécessaire et que l’organisation s’appropriait l’excédent.

Au niveau littéraire, l’exagération peut se manifester par l’hyperbole, une ressource qui élargit les caractéristiques ou les qualités.

« Dans sa main il y avait de la place pour le monde entier » est une hyperbole qui exagère la taille d’une main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *