Epicentre


Le mot grec epíkentros, qui se réfère à ce que l’on trouve « au-dessus du centre », est arrivé en latin comme épicentre et a ensuite dérivé dans notre langue en épicentre. Le concept est utilisé pour nommer le centre de surface de la région touchée par le tremblement de terre. L’épicentre est situé au-dessus de l’hypocentre: le point intérieur de la croûte terrestre d’où provient le tremblement de terre.

Il est bon de rappeler que les idées de tremblement de terre, de séisme et de tremblement de terre se réfèrent à une agitation intense de la croûte terrestre et du manteau de la Terre causée par les forces qui se développent dans le sein de la planète. Un tremblement de terre est donc un choc qui trouve son origine dans l’hypocentre.

Le lieu superficiel au-dessus de l’hypocentre est l’épicentre. En d’autres termes, l’épicentre est atteint en traçant une ligne verticale de l’hypocentre à la surface. L’épicentre est habituellement le lieu des dommages les plus importants causés par le tremblement de terre. Cependant, si le tremblement de terre est très important, la rupture de la faille est large et les principaux dommages peuvent être localisés au-delà de l’épicentre. Pour déterminer l’épicentre, on utilise une méthode mathématique appelée trilatération.

Lorsqu’un tremblement de terre se produit, les ondes sismiques sont diffusées de l’hypocentre sous forme sphérique. Un sismographe enregistre l’arrivée des vagues à pas moins de trois stations sismiques et calcule la distance parcourue, appelée distance épicentrale, à partir des différents temps d’arrivée.

Ces données, avec l’application de la trilatération, permettent de déterminer l’épicentre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *