Electron


Avant d’entrer pleinement dans la définition du mot électronique, il est très important d’établir l’origine étymologique du mot. En particulier, nous pouvons établir qu’il provient du terme grec elektron signifiant « ambre ». La particule essentielle la plus légère qui compose un atome et dont la charge en électricité négative est la plus faible possible est connue sous le nom d’électron.

C’est un élément subatomique situé autour du noyau de l’atome, formé par les neutrons et les protons. Les électrons sont chargés d’établir les attraits existants entre les atomes et de produire, par leur mouvement, du courant électrique dans la plupart des métaux. Ils ont été remarqués par le physicien britannique Joseph John Thomson (1856-1906), bien que leur existence ait déjà été postulée par le scientifique George Johnstone Stoney (1826-1911). Ce dernier, un physicien et mathématicien irlandais d’origine irlandaise né à Oakley Park en 1826, est considéré comme la personne qui a inventé le terme électron. En plus de ce fait, il est entré dans l’histoire comme l’un des scientifiques les plus importants grâce à ses travaux sur la structure de la matière et le nombre d’Avogadro qui lui a valu le prestigieux prix Nobel.

La masse d’électrons est environ 1 800 fois plus petite que la masse de protons. Bien que les électrons font habituellement partie des atomes, il y a des électrons qui forment des faisceaux dans le vide ou qui se déplacent indépendamment à travers la matière. Si les électrons se déplacent en dehors de l’atome, ils peuvent produire de l’électricité. La charge statique, d’autre part, survient lorsque les atomes d’un corps ont une quantité plus petite ou plus grande d’électrons que nécessaire pour équilibrer les charges positives de son noyau. Si l’atome a moins d’électrons, le corps a une charge positive; s’il en a moins, la charge sera négative. Le mouvement des électrons nous permet d’avoir du courant électrique dans nos maisons.

Les téléviseurs à tube émettant des rayons cathodiques sont, par contre, basés sur un faisceau d’électrons qui est redirigé par un champ magnétique jusqu’ à ce qu’il atteigne l’écran fluorescent. Les semi-conducteurs, les microscopes électroniques, les transistors et les machines à souder utilisent également des électrons. Bien que le concept que nous approchons nous semble n’être qu’un pilier fondamental de la science, nous devons être clairs: ce n’est pas le cas, car il fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Et c’est précisément parce que, comme nous l’avons déjà mentionné, les électrons nous donnent la possibilité de profiter de la télévision, par exemple. Plus précisément, ces particules essentielles sont l’un des axes centraux autour desquels tourne le tube à rayons cathodiques, c’est-à-dire le tube qui est chargé de procéder, à travers les champs magnétiques, à l’impact de l’écran fluorescent qui nous donne les images de l’actualité, du film ou de la série que nous regardons. En ce qui concerne la télévision susmentionnée, il convient de mentionner que le terme en question a joué un rôle prépondérant dans une émission pour enfants diffusée sur petit écran en Espagne dans les années 1980 et 1990. C’était « The Crystal Ball » où des personnages appelés electroduendes, experts en électronique, divertissaient les petits avec leurs aventures « cathodiques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *