Écosystème


Un écosystème est une communauté d’êtres vivants dont les processus vitaux sont interreliés. Le développement de ces organismes se fait en fonction des facteurs physiques de l’environnement qu’ils partagent.

Les écosystèmes regroupent tous les facteurs biotiques (plantes, animaux et micro-organismes) dans une zone donnée avec des facteurs environnementaux abiotiques. C’est donc une unité composée d’organismes interdépendants qui forment des chaînes alimentaires (flux d’énergie et de nutriments établis entre les espèces d’un écosystème en relation avec leur nutrition). Il est important de souligner qu’il existe plusieurs façons de mener l’étude d’un écosystème, plus précisément trois sont les méthodes habituelles.

Ainsi, tout d’abord, il est possible de l’analyser à travers les relations alimentaires qui y sont produites, ce qui se traduit par le fait de parler de l’énergie qui atteint la Terre du Soleil pour passer d’un organisme à l’autre. Cela donnerait lieu à des chaînes alimentaires dites, comme nous l’avons déjà mentionné, où se situent les plantes, les herbivores, les carnivores et les nécrophages.

La deuxième façon d’étudier un écosystème est d’étudier les cycles de la matière. Avec eux, ce qui s’exprime, c’est comment les différents éléments chimiques (oxygène, hydrogène, carbone. ) qui forment les différents êtres vivants se transmettent d’un niveau trophique à un autre. Et la troisième forme d’analyse consiste à se concentrer sur ce que l’on appelle le flux d’énergie qui se déplace d’un niveau à l’autre et qui est responsable du fonctionnement de l’écosystème. Dans ce cas, nous devons souligner que cette énergie suit toujours la même direction.

La notion d’écosystème est apparue dans les années 1930 pour expliquer l’interaction complexe entre les êtres vivants, les flux d’énergie, les ressources matérielles et la communauté dans laquelle ils se développent.

Plus il y a d’espèces (plus la biodiversité est grande), plus l’écosystème est résilient, plus il est susceptible de se rétablir. Ceci est possible grâce aux meilleures possibilités d’absorption et de réduction des changements environnementaux.

Le concept d’habitat est associé à celui d’écosystème. L’habitat est le lieu physique de l’écosystème, une région qui offre les conditions naturelles nécessaires à la subsistance et à la reproduction des espèces. Le créneau écologique, d’autre part, est la manière dont un organisme est lié à des facteurs biotiques et abiotiques dans l’environnement par différentes conditions physiques, chimiques et biologiques. Il est important de garder à l’esprit qu’un écosystème est une situation d’équilibre qui change avec le temps et implique une adaptation constante des espèces qui l’habitent. En plus de tout ce qui précède, nous ne pouvons ignorer que l’un des problèmes qui préoccupe actuellement le plus la société mondiale est la pollution de l’écosystème.

Elle se manifeste par l’eau, le sol et l’air.

C’est pourquoi diverses initiatives et projets sont encouragés avec l’objectif clair de stopper le phénomène, de protéger l’environnement et donc d’assurer une meilleure qualité de vie aux êtres vivants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *