Dysphasie


L’origine étymologique du terme dysphasie se trouve en grec. Dans ce langage, nous voyons précisément comment il est formé par l’union de trois parties lexicales clairement différenciées: premièrement, le préfixe dis qui signifie « difficulté », deuxièmement, le concept de phase qui est synonyme de « mot », et enfin, troisièmement, le suffixe -ia qui peut être traduit par « qualité ». De cette façon, en suivant littéralement le mélange de ces trois termes, nous pouvons établir que la dysphasie est la qualité qui définit les personnes qui ont de la difficulté à travailler avec les mots.

La dysphasie est un trouble causé par une lésion cérébrale présumée qui cause des troubles du langage. C’est pourquoi cette condition est également connue sous le nom de trouble spécifique du langage (dont l’acronyme est TEL) ou de trouble spécifique du développement du langage (dans ce cas, l’acronyme est TEDL). Bien que cela puisse sembler étrange, la dysphasie se définit à partir de ce qu’elle n’est pas.

Cela signifie que l’anomalie détectée dans le langage est considérée comme une dysphasie et ne peut être attribuée à une déficience intellectuelle, à des problèmes sensoriels, à un traumatisme psychologique ou à des lésions cérébrales évidentes. Lors de la détermination des causes qui peuvent mener à la dysphasie chez une personne en particulier, les experts soulignent que les plus fréquentes sont les traumatismes de diverses sortes, l’existence d’une tumeur au cerveau, les maladies infectieuses telles que la méningite ou les divers coups qui se produisent lors de la naissance. Ce trouble est habituellement détecté durant l’enfance et diffère des simples retards de développement du langage en ce sens qu’il évolue plus rapidement.

Le diagnostic de dysphasie comprend des examens exhaustifs des facultés cognitives du sujet et de sa maîtrise du langage au niveau phonologique, expressif, lexical, etc Les troubles de la fluidité du langage, les dysfonctionnements dans l’articulation des concepts et les lacunes de la syntaxe sont quelques-uns des symptômes présents dans les images de dysphasie.

En ce qui concerne le traitement des dysphasiques, il convient de souligner qu’il doit être complètement personnalisé et adapté aux besoins de chaque patient.

Cependant, en général, il s’agira de vous soumettre à un programme linguistique qui comprend des actions pré-verbales et d’autres qui mettent l’accent sur les compétences de base. Dans le premier cas, le pré-verbal, l’important est que la personne apprenne à communiquer avec les autres par des gestes, des sons ou même des dessins. En ce qui concerne le second type d’activités, il convient de souligner que l’intention est d’utiliser des gestes quotidiens, tels que manger ou prendre une douche, pour s’assurer que le patient en question apprenne à faire des phrases.

Les experts affirment que les personnes atteintes de dysphasie qui ne reçoivent pas de traitement efficace ont tendance à subir un traumatisme psychologique.

Le diagnostic et le traitement devraient dépendre du travail conjoint d’un neuropsychologue et d’un orthophoniste. Généralement, le traitement consiste à présenter au patient une variété de défis linguistiques dans différents contextes, augmentant ainsi leur fréquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *