Discontinuité


L’académie de langues définit la discontinuité comme la caractéristique de ce qui est discontinu: c’est-à-dire qu’elle n’est pas continue (elle est interrompue, intermittente, etc). Le concept de discontinuité apparaît dans différentes sphères. Dans le domaine des mathématiques, la discontinuité d’une fonction est mentionnée lorsqu’elle n’est pas continue à un moment donné. Une fonction discontinue présente donc une discontinuité à un moment donné.

Dans une fonction continue, par contre, sa valeur change progressivement avec les changements enregistrés par la variable indépendante.

En mathématiques, il existe deux grands types de discontinuités: les discontinuités évitables et les discontinuités inévitables. Dans les inévitables, on peut différencier la première et la seconde espèce.

Les discontinuités non prévisibles des deuxièmes espèces, à leur tour, peuvent être des sauts finis, des sauts infinis ou asymptotiques. Pour la psychologie sociale, la discontinuité renvoie à la transformation d’un processus cognitif individuel par l’influence que l’individu reçoit en participant à divers groupes qui font partie d’une société. La géologie, d’autre part, parle de discontinuité pour nommer les frontières qui se situent entre les couches de roches de densités différentes. En philosophie, enfin, la discontinuité est l’idée utilisée pour indiquer l’interruption du soi-disant progrès continu de la science.

Au fur et à mesure que le savoir s’accumule, la société établit ce qu’elle considère comme vrai pour le présent et génère des discontinuités et des sauts à chaque changement d’époque, reconfigurant son discours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *