Dette extérieure


La dette extérieure est un mot dérivé d’une voix latine et composé de deux termes qui ont en eux-mêmes un sens particulier. Il s’agit de dettes et de dettes extérieures. La notion de dette renvoie à l’obligation pour un sujet de payer, rembourser ou satisfaire quelque chose à un autre. Le concept est habituellement lié à l’argent. Pour contracter une dette, il doit y avoir un objet qui rend nécessaire la transaction entre les deux individus; il peut être quelque chose de réel ou abstrait (une maison ou une faveur).

Externe est un adjectif qui permet de mentionner ce qui se manifeste d’un lieu vers l’extérieur; quand ce dernier concept est opposé à celui de l’intérieur. L’extérieur d’un pays est tout territoire qui se trouve à l’extérieur des frontières nationales.

Maintenant, alors.

La notion de dette extérieure est liée aux dettes qu’un pays a envers des entités étrangères, y compris la dette publique (contrat de l’État) et la dette privée (contrat de particuliers). Il est courant que la dette extérieure soit entretenue avec des organisations supranationales telles que la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international. Si un pays éprouve des difficultés à rembourser sa dette (c’est-à-dire à rembourser l’argent avec les intérêts convenus), cette situation a un impact sur son développement économique. Une nation décide de contracter une dette extérieure lorsqu’elle lui permet de conserver ses propres ressources ou de recevoir des ressources extérieures pour stimuler son développement. Toutefois, il est courant que le fardeau de la dette et des intérêts finisse par peser sur le pays, qui peut avoir des difficultés à effectuer ses paiements.

Parfois, l’État demande même de l’argent pour un certain but et finit par en dépenser un autre.

Elle contracte ainsi une dette extérieure et ne remplit pas ses objectifs, compromettant ainsi son avenir. Dans certains cas, la dette extérieure devient vraiment impayable pour le pays et les créanciers finissent par la pardonner ou du moins par réduire les intérêts. Il ne faut pas oublier que l’argent que l’État dépense pour payer la dette et ses intérêts implique des ressources qui sont prélevées dans d’autres domaines de son budget (comme la santé ou l’éducation). La crise de la dette extérieure Il y a une période de l’histoire connue sous le nom de crise de la dette, qui a été l’une des principales causes de la catastrophe économique que nous vivons à cette époque.

L’origine de cette crise remonte à 1973.

Cette année-là, la valeur du pétrole s’est multipliée par quatre et les pays producteurs ont commencé à gagner d’importantes sommes d’argent.

Les banques privées se sont alors tournées vers ces pays pour obtenir des prêts, car les taux d’intérêt y étaient très bas. En 1979, cependant, les taux d’intérêt ont augmenté et les pays qui avaient contracté ces prêts ont dû se tourner vers d’autres États pour obtenir plus de crédit afin de les aider à rembourser les prêts qu’ils avaient déjà contractés.

Cela a conduit au développement d’une longue chaîne d’endettement qui a conduit à la crise de la dette en 1982. A cette époque, toutes sortes d’exportations autres que le pétrole étaient méprisées; les pays les plus touchés par ces changements dans l’économie mondiale étaient ceux du Tiers-Monde (qui ont investi plus d’argent pour rembourser les intérêts de cette dette que dans leur propre développement).

Cette catastrophe économique a eu pour conséquence que les pays endettés n’ont pas la capacité d’épargner l’épargne intérieure, l’un des principaux besoins économiques d’un territoire pour investir dans son développement.

Aujourd’hui encore, les pays endettés depuis plus de quarante ans essaient encore de payer ou de demander le remboursement de leur dette pour pouvoir parier sur la relance de l’économie nationale.

Malheureusement, les hiérarchies économiques qui conduisent le monde nous portent à croire que quelques-uns continueront à s’enrichir et beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup devront continuer à mendier ou à jongler pour rembourser la dette extérieure, au détriment bien sûr de l’argent des citoyens. Mais c’est de cela qu’il s’agit dans le système capitaliste, une version de la théorie darwinienne qui s’est développée dans le domaine de l’économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *