Desfachatez


Le mot latin sfacciatezza est venu à notre langue par manque de respect. Cet adjectif fait référence à l’absence de honte, de modestie, de décorum ou de décence. Celui qui agit avec impudence se développe donc sans retenue. Par exemple: « Le footballeur a montré encore une fois son impertinence en chantant en direct à la télévision », « Je suis étonné de la taquinerie des politiciens qui tentent de justifier leur richesse par des arguments insolites », « Les fidèles n’ont pas toléré la impertinence de l’homme qui est entré dans le temple avec son torse nu ».

Selon le contexte, l’audace peut être évaluée positivement ou négativement. Dans certains cas, le fait d’être défroqué est associé à la bravoure. Un joueur de basket-ball, par exemple, peut être apprécié positivement pour l’impudence qui l’amène à attaquer le panier rival sur une base constante, que ses défenseurs soient plus grands ou plus forts. Dans d’autres situations, l’impertinence est considérée comme un manque de respect. Supposons qu’un fonctionnaire décide d’embaucher sa femme et ses trois enfants comme assistants, en leur affectant des salaires très élevés qui sont payés avec des fonds publics.

Face aux critiques des journalistes et de l’opinion publique, le fonctionnaire répond qu’il a embauché ses proches parce qu’il n’ y a plus de travailleurs qualifiés. Cette attitude absurde, qui cherche à justifier quelque chose d’injustifiable, peut être décrite comme une démonstration d’impudence. Une autre possibilité est que l’impudence ne soit pas jugée dans un sens moral.

Un jeune homme qui se met à chanter dans les transports en commun sans rien demander en retour, juste pour le plaisir, peut être qualifié de dégraissé parce que ni les gens ni la situation ne l’en empêchent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *