Dénominateur


La première étape que nous allons franchir pour comprendre le sens du terme dénominateur est de procéder pour en préciser l’origine étymologique. Ce faisant, nous découvrons qu’il émane du latin, en particulier du mot « dénominateur », qui peut être traduit par « le plus petit nombre qui existe en une fraction ». Le dénominateur est ce qu’il appelle. Une dénomination, d’autre part, est le nom ou le surnom qui identifie une personne ou une chose et permet de la distinguer d’une autre. Le concept de dénominateur est utilisé en mathématiques pour nommer, en fractions, le nombre qui indique les parties égales dans lesquelles l’unité est divisée. Le dénominateur est écrit sous le numérateur et séparé de celui-ci par une ligne ou une ligne horizontale appelée ligne de division. Par exemple: « L’enseignant nous a demandé d’écrire cinq fractions avec un dénominateur par », « Les enfants ont encore du mal à travailler avec des dénominateurs aussi grands », « Dans l’exemple ci-dessus, 8 est le numérateur et 26 est le dénominateur.

On peut donc dire que le dénominateur est le nombre au bas d’une fraction.

La ligne de séparation est située au-dessus et le numérateur apparaît en haut. Si nous voulons écrire, en fraction, l’expression d’un tiers, il faudra spécifier: 1/3. Le nombre 1 sera le numérateur et 3 le dénominateur. Aussi, dans le domaine algébrique, il faudrait établir que le terme dénominateur littéral est aussi couramment utilisé. Ceci est utilisé pour définir ce que serait le diviseur. De même, il convient de noter que l’une des opérations les plus courantes dans ce domaine consiste à faire passer un dénominateur négatif sur un dénominateur positif. Il s’agit d’une tâche qui est exécutée en multipliant le numérateur et le dénominateur par la fraction -1/-1.

En outre, si nécessaire, l’opération pourrait être poursuivie en réduisant la fraction à sa forme simple. D’autre part, il faut établir que jamais le dénominateur d’une fraction ne peut jamais être le nombre zéro.

Si tel était le cas, il causerait un problème notable, puisque la division par lui entraînerait une limite infinie, qui est indéterminée et aucun dispositif électrique de mathématiques ne peut écrire. En ce sens, il est également nécessaire de préciser que la division entre zéro est quelque chose qui n’est pas défini de manière théorique, puisque l’infini, dont nous avons parlé, n’est pas un nombre. Par conséquent, il ne peut pas établir que comme un dénominateur parce qu’il conduirait à une contradiction mathématique. Le dénominateur commun est celui qui est le même en deux fractions ou plus.

Il est ainsi plus facile d’opérer entre les fractions. La notion de plus petit dénominateur commun se réfère au résultat du calcul du plus petit multiple commun de fractions avec un dénominateur différent.

Enfin, dans le langage courant, l’expression « dénominateur commun » renvoie à quelque chose qui est partagé par différentes choses: « La faiblesse défensive est le dénominateur commun des équipes de Bolivie et d’Equateur. .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *