Conclave


L’idée de Conclave est dérivée du Conclus? ve latin, qui se réfère à quelque chose qui est verrouillé avec une clé. Le concept est utilisé pour nommer le rassemblement des cardinaux de l’Église catholique qui se tient pour élire un nouveau pape.

La racine étymologique est liée aux cardinaux qui s’isolent du monde extérieur pendant le processus électoral. Cette isolation empêche les électeurs d’être soumis à des pressions ou à une influence. Le Collège des Cardinaux, composé de tous les cardinaux, est responsable de l’organisation et du développement des conclaves. A la mort d’un pape, une de ces réunions est tenue qui permet l’élection du pontife qui succédera au défunt. Parce que le pape est aussi le chef de l’Etat du Vatican, le conclave détermine qui sera le chef du gouvernement du Vatican. Les conclaves ont été développés dans la Chapelle Sixtine depuis plusieurs siècles. Chaque jour du conclave, deux sessions ont lieu (matin et après-midi) avec deux votes par session jusqu’ à l’élection du pape, ce qui devient concret lorsqu’une majorité des deux tiers est atteinte.

Le candidat élu est immédiatement informé du résultat du vote et doit indiquer s’il accepte ou non le poste. Pour communiquer au peuple les résultats des votes conclaves, une tradition connue sous le nom de fumata est utilisée. Après chaque séance, les bulletins de vote sont brûlés pour que la fumée puisse s’échapper de la cheminée au plafond de la chapelle Sixtine. Si les votes nécessaires à l’élection du pape n’ont pas été obtenus, ou si l’élu a rejeté le bureau, les bulletins sont brûlés avec de la paille humide pour générer de la fumée noire.

D’autre part, si l’élection du pape a été un succès et le candidat accepté, la fumée est réalisée avec de la paille sèche et la fumée est blanche. Les personnes rassemblées au Vatican ou qui suivent la cérémonie apprennent à distance la nouveauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *