Concession


Concession, de la concession latine, est un concept lié au verbe « accorder » (donner, consentir, permettre, approuver). Ce terme est utilisé pour désigner une attitude ou une décision prise. Par exemple: « Je vais faire une concession: ce soir tu peux dormir ici, mais demain tu dois aller chercher un toit », « Je te demande une concession: laisse-moi faire ce voyage et, sur le chemin du retour, je suis complètement dévoué au studio », « Je ne vais pas faire de concession puisque ça m’ a pris du temps pour me rendre à cet endroit ». Ce concept renvoie également à l’une des figures rhétoriques dont le but est d’offrir un argument caché, c’est-à-dire d’utiliser une phrase qui doit être contextualisée pour être comprise, puisque sa véritable signification est opposée à celle que l’on croit à première vue. Les poètes s’en servent souvent pour donner plus de crédibilité à leurs arguments. Cette figure utilise l’ironie et le picaresque pour gagner du sens et pour que le lecteur la comprenne, il faut l’analyser soigneusement afin de découvrir le message caché que l’auteur a voulu mettre. Concession administrative Enfin, il s’agit d’une concession administrative à l’environnement créée par les États modernes pour établir des relations avec différentes institutions afin d’offrir aux populations une série d’activités ou l’exploitation de certaines ressources de l’État à des particuliers, afin qu’ils puissent les organiser, les entretenir et les développer. C’est généralement une bonne alternative pour ces temps de crise où les municipalités n’ont pas les conditions économiques et technologiques pour exploiter ces espaces.

Dans cette relation, des institutions privées ou des entreprises s’engagent à exécuter les travaux en toute sécurité et à rembourser l’État pour ce prêt. Selon les spécialistes, c’est l’une des meilleures alternatives pour favoriser la richesse nationale et orienter les ressources économiques vers des plans de développement efficaces.

Il existe de nombreux types de concessions. Ils peuvent inclure l’autorisation (un accord de nature judiciaire par lequel une personne assume le pouvoir d’exercer une certaine fonction qui a un effet sur la communauté civile), l’autorisation (une autorisation donnée par l’autorité à une partie compétente pour faire une certaine chose), et la licence (une autorisation administrative par laquelle l’État donne la possibilité à une personne d’exercer une certaine activité, après avoir vérifié l’invulnérabilité de ses installations et s’assurer que cette activité n’aura pas de conséquences préjudiciables Il est donc nécessaire de rappeler qu’une concession est l’autorisation donnée de faire usage d’un droit d’exploiter des services ou des biens pendant une certaine période de temps.

La concession peut être accordée par une entreprise à une autre ou par l’État à une entreprise privée.

En ce sens, la concession peut être le permis de commercialiser ou d’administrer des produits dans un certain territoire: « J’ai la concession de distribuer des produits NBA dans cette ville », « J’essaie d’obtenir une concession pour vendre des vêtements de marque étrangère », « Un homme sera poursuivi pour avoir commercialisé les créations de Disney sans concession ».

La concession est, d’autre part, l’opération juridique par laquelle l’Etat cède à une entreprise ou à un individu des pouvoirs pour l’utilisation d’un bien du domaine public ou pour l’exploitation d’un service public en vertu de certaines clauses: « L’entreprise espagnole a obtenu la concession des routes et autoroutes de la ville pour les vingt prochaines années », « Le président a menacé d’annuler la concession si l’entreprise n’abaissait pas ses tarifs ».

Enfin, il convient de mentionner que pour exercer l’une d’entre elles, un contrat est nécessaire, qui précise clairement le droit de la personne d’exercer sa profession ou de développer son activité dans un certain lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *